Compte-rendu spectacle : Nails, Misery Index, Outer Heaven, Ulthar Montréal (11 juin 2019)

Une marrée d’adeptes de death metal, hardcore et autres ont eu droit à une soirée forte en intensité au Club Soda en ce 11 juin! Nails, Misery Index, Outer Heaven et Ulthar ont chacun dressé la barre bien haute à chacune de leurs prestations, rappelant pourquoi chacun de ces groupes représente la crème du genre présentement. Une production de Extensive Enterprise.

La descente dans l’abîme commença en force avec le groupe d’Oakland, Ulthar. Malgré une foule maigre et parsemée, Ulthar assumait le remplacement de Devourment qui avait dû annuler l’entière tournée, au grand dam de plusieurs qui ont décliner l’invitation. Ces personnes auraient bien dû se raviser, car le trio de Californie a donné une véritable leçon métallique de haut niveau, ponctuant leur Death Metal lovecraftien de touches de black et de doom. Le trio a bien fait rappeler aux personnes présentes pourquoi il est considéré comme un des plus beaux espoirs du death metal, dans un genre qui est souvent contingenté. Présentant la quasi-totalité de son album Cosmovore, Ulthar se démarqua par son intensité et son habilité irréprochable de bien mélanger les genres sans jamais perdre de sa furie. Le bassiste, quoiqu’un peu absent dans le mix général, offrait un véritable condensé de virtuosité de son instrument, tout en poussant des cris plaignants et dépressifs, rajoutant une désolation complète au son, particulièrement dans les chansons «Solitarian» et «Infinite Cold Darkness». Le guitariste imposait le côté lugubre et ténébreux, fortifiant le son tonitruant et perçant du trio, et le batteur s’affairant à soutenir ses comparses dans un mélange cataclysmique de prouesses techniques. Finissant sur l’hymne à la voûte «Asymmetric Warfare», Ulthar laissa une forte impression aux personnes présentes, qui se remémoreront du passage de la bête.

La caverne s’ouvrit toute grande pour le groupe de Pennsylvanie, Outer Heaven, qui allait retentir par son death metal doomy et empruntant des éléments du hardcore. Le son du groupe se voulait très creux, retentissant et sans merci. Les fans de Entombed et Gatecreeper allaient s’en prendre à cœur joie! Le chanteur, désireux de faire secouer les puces à la foule quelque peu timide, allait descendre au parterre et y rester tout au long de la performance. Ce dernier, quoiqu’étant un peu répétitif dans ses growls, amenait l’hécatombe la plus absolue aux personnes réunies autour de lui. Fort de leur opus Realms of Eternal Decay parût l’hiver dernier, Outer Heaven démontrait assurance et punition, poussant le coup de pied dans la porte nécessaire pour convaincre le plus sceptique spectateur. Les guitaristes délivraient la quintessence même des riffs persécuteurs et efficaces, amplifiés par un son de basse pourvu du bas monde et un batteur martelant l’appel du Vide. La performance passa comme un coup de vent, mais la soirée, elle, ne faisait qu’augmenter en intensité.

C’est en bons vétérans aguerris que Misery Index prit place sur les planches du Club Soda. Avec près de 20 ans sous son aile, l’expérience allait servir à ce groupe qui a toujours bien su rendre son death métal amalgamé de grindcore. Bons nombres de fans que j’ai rencontrés ne connaissaient peut-être pas tout le catalogue de Misery Index, mais leur performance allaient probablement les convaincre de s’y attarder davantage. Le groupe s’affichait en grande forme dans un Club Soda maintenant prêt à la guerre, le quatuor du Maryland projetant l’énergie et la fulgurance la plus complète. Les 4 comparses ont puisé dans presque tous leurs albums, laissant à tous et chacun de quoi se mettre sous la dent. Mark Kloeppel a retenu mon attention, étant enjoué de jouer pour le public montréalais…un peu trop enjoué, car le pauvre trébucha en s’accrochant dans un fil. Rien de grave heureusement. Un hommage à leurs collègues fut bien senti avec «Hammering the Nails», et les circles pits firent leurs places au fur et à mesure de leur performance. «Traitors » servit de dessert, qui laissait la table bien mise pour Nails.

C’est en enfonçant le dernier «clou» dans le cercueil que Nails s’affairait à propulser le public insatiable de son tone buzzsaw et de ses chansons courtes mais influençant le saccage. Tel que je le perçois souvent, Nails est comme un chien avec de l’écume sur le bord de sa gueule qu’on retient en laisse. Quand on le laisse partir, ce n’est que désordre, chaos et dommages assurés. Beaucoup de fans venant de sphères différentes (hardcore, doom, death metal, etc.) s’étaient rassemblés à la messe, pour vous dire à quel point ce groupe de powerviolence a une attention particulière, malgré des tournées sporadiques. Les premières notes venaient d’être entamées avec «Friend to All» que le caractère bouillant de Todd Jones se faisait sentir, alors que la foule aux aguets n’attendait pas de se faire prier pour entamer les dernières hostilités de la soirée. La fusion entre les deux en fut tel que votre auteur a dû reculer un peu de la marmite! Même si Nails crachait toute l’hostilité qu’on lui connait, le chanteur ne manquait pas cependant une occasion d’être reconnaissant envers le public montréalais, qui lui a toujours voué respect envers lui et ses frères d’armes. Rien n’est laissé pour compte avec Nails, alors que la lenteur n’a jamais vraiment sa place, et que la rapidité mais surtout la précision de ses riffs en font un groupe explosif. Les chansons figurant sur l’album Abandon All Life ont été globalement les mieux reçues, surtout la décadente «God’s Cold Hands», que les paroles firent hurler votre auteur. Même si la balance du son était visiblement très élevée, l’étanchéité globale des musiciens, elle, a été respectée, permettant de déceler chaque moment critique des chansons de Nails, hormis peut-être un son de basse qui aurait été assujetti à avoir plus de place. Après les quelque 45 minutes passées, Nails donna le coup de grâce avec «Unsilent Death» et «You Will Never Be One Of Us» , qui constitua l’apothéose de ce concert à tension fortement extrême, mais qui reçu l’approbation de la majorité des spectateurs présents.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s