Bloodlet – Entheogen

Année de parution: 1996
Pays d’origine: États-Unis
Édition: Vinyle, Victory – 1996
Styles: Hardcore, Sludge Metal, Metalcore

Le hardcore des années 90… C’est une époque qui, pour certains, a été relayée aux oubliettes mais qui en revanche, a laissé en héritage des groupes qui désiraient apporter une phase un peu plus expérimentale et recherchée au genre, que ce soit au niveau de la composition musicale des pièces, que des paroles ou encore de l’attitude (on pense à des groupes comme Snapcase, Bloodlet, Burn, etc.). Malgré qu’ils ne soient plus au-devant de la scène, n’en demeure pas moins que leurs contributions représentent une pierre angulaire dans l’évolution du hardcore au gré des années. Ils demeureront une référence pour les nouveaux groupes n’ayant pas oublié les apports qu’ils ont amené.

Bloodlet, par exemple, est rarement évoqué dans les discussions sur le hardcore. La direction que prend le groupe tout au long de Entheogen ressemble à un composé assez unique de hardcore entremêlant à merveille le stoner rock, le sludge ainsi que le rock alternatif. Ces trois genres s’imposent par leurs proéminences, avec des textures orientées sur les bienfaits que Bloodlet a apportés au genre à la fin des années 90. Le quatuor s’approprie ses influences extérieures sans que des sources atypiques ne déprécient les intentions du groupe, contrairement à d’autres groupes officiant dans les mêmes genres et dans lesquels le nu-metal et l’industriel étaient au centre des préoccupations à cette époque.

Bloodlet préfèrent s’en tenir à une lueur énigmatique du hardcore qui dépend fortement des riffs typiques et qualités simplistes du genre plutôt que de se noyer sous diverses identités. Paradoxalement, cette contrainte artistique amène une saveur plus expérimentale et porte la musique beaucoup plus loin que celle d’un simple groupe appartenant à une couche prédéfinie. « Brainchild » et « Something Wicked » sont deux des chansons qui proposent cet état d’esprit de l’œuvre. Elles sont toutes les deux soutenues par des riffs percutants et musclés, un son de batterie clair et une basse très bien prononcée et mélodique rajoutant du panache. Cela ne serait évidemment pas sans compter la voix stridente et semi-étouffée du chanteur. Peu de choses restent constantes à partir de maintenant, car le groupe floridien ajoute une quantité complexe de couleurs individualistes aux pistes restantes ; s’assurant que chaque musicien ait son moment de gloire dans un son hardcore crispé, sans renier son aspect fortement métallique. On veut toujours bien vouloir proposer une approche différente à un genre connu qui n’est pas censé l’être, mais c’est encore mieux quand il y a un sentiment de maîtrise de soi et de conscience.

Plus important encore, les 4 comparses de Floride possèdent une capacité à ne pas mettre l’auditeur sur un piédestal, eux-mêmes provenant d’environnements différents qui leur servira à en faire une touche particulière. La forte tenure en décibels et la puissance de chaque morceau font de chaque chanson une pièce unique, qu’il s’agisse d’une passe sludge atmosphérique de « Something Wicked » ou des riffs plus rock alternatif. « The Triumph » est le parfait exemple d’un mastodonte massif qui intègre toujours des éléments stoner et des interludes envoûtants malgré ses textures rainurées.

Bloodlet incorporait en son temps un courage comme il s’en faisait peu dans une scène hardcore bien consciente de son identité. Le sens de la clarté qui enchante la fondation même de Entheogen permet une écoute intrigante exploitant différentes dimensions. Bloodlet peut toutefois exécuter ces manœuvres risquées grâce à la présence globale du hardcore qui définit l’essence et la réalité du groupe. Tout fan apte à suivre l’histoire du genre peut comprendre l’influence et le respect que Bloodlet impose, tant au niveau du mélange peu conventionnel du sludge/stoner et du hardcore, que par sa grande force intrigante qu’on lui reconnait.


Si vous avez aimé ce disque, Mathieu vous recommande aussi:

INTEGRITY – Those Who Fear Tomorrow
BURN – Burn 7”
SNAPCASE – Progression Through Unlearning

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s