OutKast – ATLiens

Année de parution : 1996
Pays d’origine: États-Unis
Édition : CD, LaFace – 1996
Style : Southern Hip Hop

Ici, ils entrent dans la stratosphere. Le son s’est adouci, oscillant dans des sphères soul funky ; mais il est aussi devenu céleste, cosmique, plein de relief velouté. Des beats cinématographiques-en-IMAX-façon-hip-hop-90s viennent secouer le tympan dès l’intro portée par cette voix féminine sirupeuse. Puis c’est les flow incrédibles respectifs de Big Boy et Andre Benjamin qui viennent démolir tout sur leur passage, mais en conservant ce « swag » si caractéristique du premier album. Ils sont encore jeunes ici, mais ils sont à leur meilleur. Lyriquement, c’est juste une orgie. Tu peux pas te tromper avec les 6 premiers morceaux. C’est bombe après bombe. Ça s’enchaîne à perfection, comme 6 Hosomakis que t’engouffres avec délice tour à tour. OUMAMI pour tes oreilles, bro. Ça glisse à l’intérieur. Ça te jette le cerveau à terre. Ça coule de partout. Et ça sent l’arabica pur. Et la suite n’est pas en reste. Moins poppy, mais plus intellectuelle, plus VaPoReUsE et diffuse, obtuse même…

Tu dérives dans les méandres extra-terrestres de ces boucles hypnotiques, sussurées par les architectes d’un rap nouveau. Et pendant que t’es confortablement assis dans toute cette voluptueuse groovitude, ces 2 mecs et leurs amis t’assassinent avec leur flow léthargiquement violent. Et rarement mort n’aura été aussi délicieuse. Jazzy. Funky. Droguée. magique et sans douleur. Vaisseau spatial vermeil-cramoisi-mauve-jaune-éclatant qui fait des loopings au ralenti dans une mer de supernovas. Joie.


Well it’s the M – I – crooked letter, ain’t no one better

And when I’m on the microphone you best to wear your sweater

Cause I’m cooler than a polar bear’s toenails

Oh hell, there he go again talkin that shit

Bend, corner’s like I was a curve, I struck a nerve

And now you bout to see this Southern playa serve

I heard it’s not where you’re from but where you pay rent

Then I heard it’s not what you make but how much you spent

you got me bent like elbows, amongst other things, nut I’m not worried

Cause when we step up in the party, like I’m out-you-scurry

So go get your fuckin’ shine box, and your sack of nickles

It tickles to see you try to be like Mr. Pickles

Daddy fat sacks, B-I-G B-O-I

It’s that same motherfucka that took them knuckles to your eye

And I try, to warn you not to test but you don’t listen

Givin the shout out to my Uncle Donnel locked up in prison

-Big Boi


Si vous avez aimé ce disque, Salade d’endives vous recommande aussi :

GOODIE MOB – Soul Food
THREE 6 MAFIA – When the Smoke Clears: Sixty 6, Sixty 1
THE PHARCYDE – Bizarre Ride II the Pharcyde
ORGANIZED CONFUSION – Stress: The Extinction Agenda

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s