Do Make Say Think – Goodbye Enemy Airship the Landlord Is Dead

Année de parution : 2000
Pays d’origine : Canada
Édition : CD, Constellation – 2000
Style : Post-Rock, Math Rock

Aaaaah, le Post-Rock. Terreau fertile à débats interminables. Terme ne voulant rien dire en somme. Faux genre détesté par les uns, vénéré par les autres. Et pour rajouter de la complexité à la chose, personne ne s’entend vraiment sur ce qu’est le post-rock. S’ensuit des guerres puériles entre les mélomanes à savoir ce qui est ou n’est pas post.

Voici d’ailleurs un exemple de trucs qu’on peut entendre lors de conversations entre des gens qui se prennent beaucoup trop au sérieux (le tout, à peine légèrement exagéré)

-GARS #1 (w/ a moustache hipster + hygiène douteuse) : Eille man, Godspeed c’est le best group de post-rock EVER dude !
-GARS #2 (w/ des lunettes fancy et un col roulé vert) : Godspeed c’est d’la marde ! C’est juste des ostis de crescendos ! Ya pas de réel travail de composition. C’est même pas du Post-Rock. Le Post-Rock, c’est Slint, Bark Psychosis pis Tortoise. Pas ta marde de Beethoven avec des guitares larmoyantes pis des enregistrements de voies ferrés pis de vieux messieurs qui pleurent ! Va retourner jouer dans les plates bandes de Pitchfork, petit con !
-GARS #1 : Fuck you man !  J’l’es ai vu en show pis y’ont joué pendant 8 heures pis c’était malade !!! Les gars de Slint sont tellement weak-ass quiont faite une dépression collective après Spiderland ! Esti que c’est plate ce disque là anyway. Y se passe rien à part les 3 mêmes riffs pis le gars qui parle avec sa voix d’ado boutonneux plutôt que chanter. Moi, j’appelle plus ça du EMO qui veut se la jouer avant-garde.
-GARS #3 (qui arrive out of nowhere sur la conversation, arborant un t-shirt « threadless) » : Moi j’aime bien Explosions in the Sky…
-GARS 1 et GARS 2 : TOI TA YEULES !!!!
***Le Gars #3 se sauve
-GARS #2 : Bon on est quand même d’accord pour dire que Explosions, c’est de la calisse de marde mais on en était où sinon ?
-GARS #4 (sortant d’un bosquet, armé d’une veste dégoté d’une friperie underground, d’une barbe digne d’un bûcheron et vapotant son e-stick dans la face des 2 protagonistes) : Jamais entendu autant de conneries déblatérées, moi… Je me devais d’intervenir. Ya juste Talk Talk qui est post-rock mes p’tits jeunots. Le post-rock est un style mort-né. C’est né dans les magazines (dit-il en éructant d’une autre bouffée de vapeur patchouli-menthe-coco).
-GARS #1 : Talk Talk, ça sonne exactement comme Miles Davis. Tu veux me dire que Miles Davis, c’est du post-rock ?
-GARS #4 : Et pourquoi pas ?
-GARS #2 : On oublie cruellement de parler du génie indiscutable de Tortoise là…
-FILLE VEGAN (qui passe par là avec des flyers dans les mains) : Vous êtes tous des monstres qui encouragez activement le MASSACRE et la SOUFFRANCE d’animaux innocents ! Comment êtes-vous capables de vous regardez dans le MIROIR !?!? Vous devriez suivre mon blogue « Meat is Murder with a Capitalist M » au lieu de perdre du temps à parler de musique !  En passant, les animaux sont utilisés pour créer les peaux de vos batteries ! BOURREAUX !!! GIBIERS DE POTENCE !!!
-Gars #2 : ouais, ton blogue, ça ferait un pas pire nom d’album de post-rock ça… peut-être pas assez long et ambigu, ceci dit… pis en passant : Ta gueules.
-FAN DE POWER METAL passant par là (barbe digne d’un barde gaulois + gaminet de Gamma Ray + hygiène encore plus douteuse que le premier gars) : OH YEAH !!! Vous parliez bien de Rhapsody ???
-Tous les autres : euh, non….
-FAN DE EAST COAST HIP-HOP s’approchant furtivement : Euh… vous avez-tu du weed, les boys ?
-FILLE VEGAN ET AUSSI ULTRA-FÉMINISTE + anarcho sur les bords : LES BOYS ?!?!?!? C’est ça !!! J’existe pas dans ta société phallocrate ! Le monde est un cancer qui arrive à sa phase terminale !!!
-GODSPEED SONT DES DIEUX !
-LE POST-ROCK PREMIÈRE VAGUE OU RIEN !!!
-BARK PSYCHOSIS C’EST D’LA MUSIQUE D’ASCENSEUR POUR BOURGEOIS MAL BAISÉS !!!
-DES CRESCENDOS PIS DES ÉMOTIONS !!!
-MATH-ROCK OU LA MORT !
-POST-POST-JAZZ-D’AVANT-CENTRE-WITH-A-SOLO-DE-CASTAGNETTES !!!….!!!
-CRUDIVORISME ET DESTRUCTION DES HIÉRARCHIES !!!
-KAI HANSEN EST DIEU !!!
-euh moi… j’voulais juste fumer un pétard
***L’histoire se termine quand un fan fini de Genocide Organ vient écraser tout ce beau monde avec un rouleau compresseur

Bon, c’était bien drôle et folichon tout cela, mais revenons au sujet principal : le post-rock

Quand on parle de post-rock, il y a deux écoles majeures, si je puis utiliser cette métaphore un brin éculée. La première chronologiquement parlant, qui découle des derniers disques de Talk Talk (passage obligé pour tout fan de musique qui se respecte… si si, que vous détestiez ou que vous aimiez) avec des groupes aussi variés que Bark Psychosis, Slint, Gastr del Sol, Rodan, Tortoise, Stereolab, Disco Inferno, Pram, Cul de Sac et Don Caballero.

Tous ces groupes œuvrent dans une musique qui leur est propre et souvent assez différente de celle des autres ci-haut cités… Ce qui les rassemble, à part ce terme de « post-rock » inventé par un certain Simon Reynolds, c’est l’utilisation d’une instrumentation généralement associé au rock mais dans un contexte résolument différent. On retrouve donc des influences multiples chez ces premiers groupes de post-rock : du jazz, de l’électronique, du classique contemporain, de l’ambient, du space-rock, du math-rock, du prog et même du dub.

Le post-rock 2ème vague (Les écossais de Mogwai, GYBE! et plein de trucs qui découlent de cette matrice montréalaise) se caractérise par une musique quasi-instrumentale à 100% et construite sur un pattern de lentes répétitions planantes qui montent tranquillement avant d’atteindre un certain paroxysme orgasmique qui te va directement à l’âme. C’est de la pathos-musique en somme. Plus cinématographique et grandiloquente, un brin moins intellectuelle que celle des musiciens de la première vague. C’est aussi ce style qui est le plus souvent critiqué négativement… En fait, on crache moins souvent sur Mogwai et Godspeed que sur les groupes qu’ils ont inspiré : Explosions in the Sky, Mono, les premiers Sigur Rós, Jakob, etc…

Ah ouais, et aussi, ces groupes de post ADORENT nommer leurs albums/pièces de la manière la plus longue et obtuse possible. Ça en est rendu cocasse.

Le tout se complexifie aussi quand des groupes de Sludge, de Hardcore et de Black Metal se mettent à incorporer certains aspects du style dans leur propre musique, avec des résultats plus ou moins heureux, dépendant… Mais ça c’est une autre histoire pour un autre temps.

Mais bon, après cette interminable intro, venons en au disque chroniqué, « Goodbye Enemy Airship the Landlord Is Dead » (je vous parlais des titres longs) des Torontois de Do Make Say Think. Ce disque et ce groupe en général, réussit l’exploit de combiner certains éléments des deux vagues principales de post-rock.

On a ici affaire à une musique purement instrumentale, à mi-chemin entre un Godspeed et un Tortoise. On y retrouve toute l’émotivité à fleur de peau de leurs comparses québécois mais aussi le côté épars-aérien-structuré des p’tits gars de Chicago (la ville, pas le band là). C’est un amalgame de pleins de choses que j’aime en musique avec, en plus, des compos franchement géniales. Les guitares larmoyantes et les triturations de bandes sont au rendez-vous mais en prime, on gagne une fabuleuse section cuivres (trompette, saxophone, flûte) et deux batteurs (façon double-trio de King Crimson) qui sont le point d’ancrage du groupe à mon humble avis.

Ce que j’aime par-dessus tout avec ce groupe (et cet album surtout), c’est le côté aérien/flottant de leur musique. Si Godspeed est un train rouillé roulant avec fureur vers un apocalypse certain, DMST est un Boeing survolant le désastre dans un infini bleuté, le cœur résigné, la tête bondé de souvenirs nostalgiques, errant vers un ailleurs encore inconnu.

Vous aussi, si vous vous donnez la peine, vous pourrez voyager avec eux, à travers ces 7 pièces instrumentales rêveuses, flottantes, magistralement construites. Vous allez les apercevoir ces étincelles lymphatiques de votre hublot gorgé jusqu’à plus soif d’une certainement forme de ravissement zen. Vous allez fermer les yeux et voir des choses encore plus belles, laissant la musique vous enrober complètement.

Côté « highlights », j’ai un faible certain pour « The Landlord Is Dead », morceau particulièrement poignant mais encore une fois, tout délicat même dans ses exultations sentimentales. Et que dire du morceau presque titre qui clôt le tout avec une précision doucereuse. L’éclat y est subliminal, la lumière pourtant éblouissante lorsque l’appareil perce enfin ce rideau de nuages dans son itinéraire improbable…

Voici un disque qui ne changera pas votre vie mais qui la rendra assurément plus belle. Et, si vous êtes comme moi : un album auquel vous allez rendre visite au moins une fois l’an, quand vous aurez besoin de goûter à cet azur si apaisant.


Si vous avez aimé ce disque, Salade d’endives vous recommande aussi :

GODSPEED YOU! BLACK EMPEROR – Lift Yr. Skinny Fists Like Antennas to Heaven!-
TORTOISE – Millions Now Living Will Never Die
BARK PSYCHOSIS – Codename: Dustsucker
YO LA TENGO – And Then Nothing Turned Itself Inside-Out

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s