Mr. Bungle – Mr. Bungle

Année de parution : 1991
Pays d’origine : États-Unis
Édition : CD, Warner Brothers – 1991
Style : Rock Alternatif / Expérimental / Psychédélique / Ska / Metal / Funk / Variété / Contemporain / Toasts Brûlés / Vomi / Un peu de tout…

Bienvenue chez les aliénés trans-genres à la graisse de renoncule. Le grand cirque burlesque ouvre ses portes à 4 heures du mat’ et vous êtes cordialement invité. P.S. : apportez votre portemanteau. Vous êtes fou ? Vous faîtes cuire vos gants de vaisselle à broil (un peu de fantaisie, les amis) tout en vous astiquant le manche à balai devant des peintures dadaïstes que votre oncle, un Portoricain borgne et nazi, a ramené d’un voyage intersidéral à l’intérieur de la narine gauche de Fellini ? Vous aimez vous tartiner les mamelons avec du beurre d’arachides (croquant, il va sans dire) tout en susurrant des mots doux dans l’oreille dévergondée d’une canne d’ananas qui est en fait la réincarnation de Charles Mingus ? Mr. Bungle est votre ami. Il ne se brosse pas les dents et fait la fête toute la nuit. Death-Polka pour tous ! J’ai échappé du Jazz dans le punch. Un punch à saveur de DÉMENCE ! Mouahahahah (ceci était un rire particulièrement démoniaque) ! C’est Vlad Drac (c’bon vieux Mike Patton) qui chante de ses milles voix (de crooner californien à chanteur de gospel torturé, en passant par la case Death Metal enragé) pendant que Trey, Trevor et Danny déconstruisent toutes les structures harmoniques connues. Et Zorn qui intervient dans la marmelade avec son sax bien trashysant ! J’aime énormément ces types. Encore plus que ma collection d’ongles de lépreux. Et tout le monde sait que je les aimes, mes ongles de lépreux, n’est-ce pas ? Enfin, « il ne faut pas oublier qu’avec toute fragmentation binaire, une relative augmentation post-moléculaire découle du mouvement ondulatoire des gammes » nous disait Jean Ferrat avant de se faire crisser dehors du syndicat des moustachus. Ici, tout n’est qu’hystérie collective, ambiances cartoonesques, hymnes festifs de détraqués sévères, faux-fuyants sonores, rock clownesque, ska satanique et funk débridé. Mr. Bungle sont les dignes héritiers de Frank Zappa, rien de moins. Et le meilleur reste à venir…


Si vous avez aimé cet album, Salade d’endives vous conseille également :

CARDIACS – On Land and in the Sea
PRIMUS – Frizzle Fry
JOHN ZORN/NAKED CITY – Naked City
STUMP – A Fierce Pancake

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s