Agoraphobic Nosebleed – Frozen Corpse Stuffed With Dope

Année de parution : 2002
Pays d’origine : États-Unis
Édition : CD, Relapse – 2002
Style : Grindcore, Cybergrind saupoudré de Power Electronics, Noise

2 heures du mat et ça bouille encore. La nuit n’offre même plus de répit à la chaude putréfaction de notre cimetière urbain. Le thermomètre est sur le point d’éclater. Les rues-dortoirs jonchées d’immondices de cette ville de merde sont de plus en plus poisseuses. Une telle puanteur ne pourra plus jamais disparaître. Tout cela est là pour rester, ancré en nous. La pisse fumante sur les poteaux de téléphones, des excréments de chiens et de schizos étalées aux quatre coins sur les murs, les clochards qui se sont gerbé dessus jusqu’à plus soif, l’odeur du sang et du foutre sur la chaussée, le nuage de mort qui s’échappe tranquillement des entrailles d’une charogne laissée dans cette ruelle sombre et peu recommandable… Un mec à chaise roulante qui baragouine qu’il a trouvé Dieu et qui veut te donner son foutu pamphlet… Les putes édentées qui ont l’air plus zombies qu’humaines avec leurs marques de piqures sur les avants-bras… Les ordures partout, partout, partout répandent leur doux fumet… sacs de chips éventrés, restants de viande recouverts de verts et de mouches, magazines pornos utilisés, bouteilles de bière éclatées… La violence et la puanteur de l’Homo Erectus dans toute sa gloire. Que faire dans ce monde de merde ? Prendre part au délire. Y prendre goût. Se repaître de cette puanteur, de cette horreur, de cette absurdité sans borne. Se promener dans cet enfer avec le sourire béat aux lèvres. Crier. Hurler comme un défoncé mental. Se saouler la gueule. Cracher sur les politiciens, Trump, les avocats, les gauchistes, les réacs, les chrétiens, les satanistes, les athéistes, cette armée de merde, les joueurs de didgeridoo dans le métro, le football, le capitalo-communisme d’avant-centre, les vendeurs de pretzels, Yanni, Charles Lafortune (SURTOUT Charles Lafortune !). Se shooter à l’antigel. Sniffer tout ce qu’on trouve. Battre à mort des itinérants à coups de pieds et à coups de poings. Juste parce qu’on peut… parce qu’on a rien de mieux à faire. Sentir leurs côtes éclater une par une. Leur faire cracher du sang et rire un bon coup. Se biturer encore la gueule. Vomir sur la tête des gens dans le métro. Botter leurs enfants pendant qu’ils ne regardent pas. Lancer des ustensiles haut dans les airs en espérant qu’ils tombent sur la tête ou dans les yeux des passants. Ne croire en rien. Manger des chocolatines en regardant « The Devil’s Experiment ».


Salade d’endives vous conseille également :

PIG DESTROYER – Prowler in the Yard
NASUM – Human 2.0
BRUTAL TRUTH – Extreme Conditions Demand Extreme Responses
MAGRUDERGRIND – Magrudergrind

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s