Faust – The Faust Tapes

Année de parution : 1973
Pays d’origine : Allemagne
Édition : CD, RēR – 2000
Style : OVNI, Collage fou et expérimentalement vôtre, Krautrock, Psyché, Musique concrète, Proto-RIO, Prog, Industriel, Tape Music, Folk, Drone

Pour son troisième périple sonore, Faust signe sur un gros label (Virgin !)… et livre pourtant leur offrande discographique la plus confondante, la plus sautée, la plus abstraite, la plus démente, la plus biconcave, la plus siphonnée, la plus…. bon, vous voyez le portrait…

Ces Allemands sont cinglés. Génialement cinglés. The Faust Tapes, c’est un magnifique collage/patchwork déstructuré au possible, dans lequel on passe à travers milles et uns univers sonores (tous plus déconcertants les uns que les autres),  à la vitesse grand V… Passages bruitistes sur fond de bandes magnétiques étranglées/ré-assemblées/remixées/accélérées/profanées. Piécettes de piano mélancolique à la Satie. Musique concrète qu’on fait jouer à l’envers. Proto-Industriel glauque et martelant. Bla-Bla et exercices vocaux drone-space-rock. Machines électriques qui cauchemardent dans un studio fantôme. Impros de batterie noisy avec synthétiseurs asperger/sataniques à l’appui. Thème d’intro d’une sitcom opiacée sur la vie d’un dentiste pyromane. Croisement impie entre les trames sonores des jeux vidéos Silent Hill et Earthbound (qui n’existent pas encore en 1973, si il est nécessaire de la préciser). Délires proggy ambient flottants. Moments Saxo-RIO. Folk à la sauce Stockhausen. Et c’est sans compter les pièces que je ne peux décrire avec des mots tellement c’est fou.

On dirait qu’on est dans un gigantesque hôtel surréaliste (localisé derrière la rétine droite de Man Ray) et que derrière chaque porte, se cache une piste différente de ce disque… Dès qu’on ouvre une porte, les sons nous assaillent, nous tétanisent l’appareil auditif… Et dès qu’on la ferme, ça s’arrête. Jusqu’à la prochaine porte qui révèle d’autres secrets sonores ébouriffants. Aucune transition logique entre les morceaux. Le tout est désorientant à fond, comme aucun disque ne l’est de cette manière bien particulière (dans ma collection, du moins). Cadavres exquis.

Et, à travers tout cela, il y a ces chansonnettes pop psyché magnifiques ; comme ce « Flashback Caruso » acide (que n’aurait pas renié un certain Syd Barrett) ou « J’ai Mal Aux Dents », véritable hymne faustien par excellence qui nous subjugue les sens avec son mantra vocal aussi fabuleux que profondément con (et ce sax quasi free jazz entrecoupé de triturations de bandes magnétiques)… Et impossible pour moi de ne pas parler du morceau de clôture : Chère Chambre… Une folk intimiste, nostalgique, épurée en diable, sur laquelle s’appose la voix apaisée d’un Jean-Hervé Perron qui narre ce texte poétique/métaphysique qui abreuve notre appareil à rêves d’un ailleurs fantasque…

Chère chambre tu m’as longtemps regardé
quand j’étais nu sur le lit, quand je restais
sans rien dire, longtemps. Tu dois me
connaître maintenant. J’ai vu le monde à
travers tes trois yeux. J’ai vécu dans ton
sein, tous mes instants vides, blancs, nuit
yeux ouverts sur des pensées sans fin qui à
force de se retourner perdent ainsi leur
sens, toutes mes humeurs et mes envies
mon échec solitaire quand je peinds si
longtemps chaque matin à grande peine et
sagement. Tu dois me comprendre
parce que toi non plus, ta femme/ferme (?) quand ça
claque porte, tes coins où passe le vent et
le froid et la catastrophe, quand tu veux
dire que tu ne sais pas. Je les connais, je
les ai observés. Toi aussi tu t’es ennuyée
ma chambre. Maintenant tout à changé.
Est-ce-qu’un sentiment trop fort encombre
Le paysage ? Il est si tenu et très
transportable. Je m’en sers souvent et
beaucoup l’acceptent. Je vois aussi que
certaines humeurs se répètent, espacées de
plusieurs années.
nous devons peut-être accorder nos passés?

Le meilleur album de Faust.


Salade d’endives vous conseille également :

EDGAR VARÈSE – The Complete Works
SOFT MACHINE – Volume Two
THE RESIDENTS – Not Available
SYD BARRETT – The Madcap Laughs

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s