Honeymoon Killers – Les tueurs de la lune de miel

année de parution : 1982

pays d’origine : Belgique

édition : vinyle, Crammed record, 1981

style : new wave, rock francophone, post-punk

The Honeymoon Killers est un groupe composé d’Yvon Vromman et Véronique Vincent accompagnés des musiciens d’Aksak Maboul. L’album Les tueurs de la lune de miel est bon de A à Z avec des rythmiques géniales et des paroles brillantes. Et c’est super bien enregistré alors ça sonne comme une tonne de brique.

Les bonnes pièces ? Elles le sont toutes bonnes ! Mais j’aime particulièrement Histoire à suivre, avec une structure funky et une mise en scène cocasse où une fille naïve se demande si elle est pas tombée sur un pédé… J4, une pièce plus carrée en termes de rythmique, qui met en scène un pervers et sa victime avec des paroles hilarantes, le tout noyé dans les arrangements ingénieux et sympathiques. À noter que les paroles ne débutent qu’à 1:41 alors on a pleinement le temps de s’imprégner de cette musique sublime. Et puis y a de petites pièces comme L’heure de la sortie, avec une voix traficotée au synthé. Cette pièce tranche en termes d’esthétique sonore et on se rapproche alors du groupe allemand Der Plan. Je m’en voudrais de passer sous silence leur reprise du classique Nationale 7, un hommage à Charles Trenet avec une touche psychotronique. Et aussi Rush, une pièce carrément punk avec une petite mélodie genre cirque qui allège le tempo pour le moins dément. Le seul morceau instrumental est Ariane, une pièce plutôt new wave dotée d’une fabuleuse recherche de textures sonores.

Les textes sont parfois empreints d’un humour acéré. Dans la pièce J4, l’échange entre Vromman et Vincent est particulièrement rigolo. C’est l’histoire d’un pervers et de sa victime au bord de la route. La petite fille est sortie de la voiture et elle a grimpé dans un arbre. Le type essaie de la convaincre de remonter dans la voiture en lui promettant des bonbons et des jouets. Voici ce qu’elle lui répond, tout d’un trait : « Ah non, t’es con, t’es rien qu’un vieux dégueulasse, un cochon, un troufion sadique, un salaud, un sale pédéraste, tu m’tues, tu pues, je peux pus saquer ta sale gueule, laisse-moi, casse-toi, t’es pourri, tu me chies, t’es veule ! » Le type répond alors « Sôphie tu es injuste et ingrate (…) Sôphie, j’te promets de plus te battre… Sôphie, j’te promets de ne plus t’attacher aux arbres, sois gentille allez sois chouette on va aller bouffer, hein !, des sandwichs et des croissants dans un snack-bar routier, quoi !?! »

Le fait d’avoir collaboré avec un groupe aussi brillant qu’Aksak Maboul transforme ce qui aurait normalement été de simples bonnes pièces en un moment particulièrement jouissif sur le plan musical. La production est rien de moins qu’extraordinaire et les arrangements frisent le génie dans chaque pièce. Avec ce disque, The Honeymoon Killers a fait très fort. Pas étonnant que cet album ait été désigné comme “le meilleur album de rock belge de tous les temps” par le magazine MoFo, et figure dans la liste des 10 meilleurs albums belges de l’histoire, publiée en 2008 par le magazine Le Vif/L’Express.

© Alain Cliche, 2010

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s