Arcade Fire – Neon Bible

Année de parution : 2007
Pays d’origine : Canada (Québec)
Édition : CD, Merge – 2007
Style : Indie Rock, Chamber Pop, Baroque Pop

Avec ce deuxième album, Arcade Fire le confirme : ils sont là pour rester. Après le succès monstre d’un Funeral qui s’est vendu comme des petits pains chauds, le groupe a été consacré nouveau messie du rock indie. S’est ensuivit une longue et glorieuse tournée à travers le monde entier. Après tant d’éloges mérités, on attendait le groupe au tournant pour ce deuxième album. Fort heureusement, cette Bible de néon s’avère une grande réussite !

Pour moi, Neon Bible fait référence au premier roman (portant le même nom) de John Kennedy Toole, écrivain américain visionnaire (et aussi auteur de l’excellent “La Conjuration des Imbéciles”, à lire absolument !) qui se suicida faute de succès et qui gagna un Pulitzer posthume après que sa mère ait tout fait pour faire publier son oeuvre… Bien que Win Butler, chanteur principal d’Arcade Fire, semble dire qu’il n’y ait pas de lien entre le titre de l’album de son groupe et celui du roman de Toole, on peut tout de même voir des similarités entre les univers des deux entités artistiques. L’auteur, tout comme le groupe sur plusieurs textes, a une vision très pessimiste de l’humain et de la société. Par contre, ce portrait assombri du monde se retrouve transpercé par autant de lumière vive (ces envolées musicales incroyables chez les montréalais et cet humour décapant qui fiche un sourire en coin de gueule chez l’Américain) et d’amour (l’amour de la vie malgré tout, l’amour de l’art et des mots).

Au point de vue musical, le groupe n’a pas vraiment changé de style – mais donne cette fois-ci dans la démesure architecturale. Alors que Funeral était un petit joyau lo-fi avec un aspect “garroché” fort appréciable, chaque morceau de Neon Bible se révèle être une vaste cathédrale sonore aux milles reflets argentés (avec l’orgue à l’appui !). Justement, entre les deux disques Win et Régine ont acheté une église et y ont enregistré ce nouvel album (en partie). On voit que le groupe a travaillé très fort sur l’album – les arrangements sont on ne peut plus riches, la production est en béton, le son est ample et saisissant, l’orgue mentionné ci-haut vient conférer au tout un aspect majestueux (et “biblique”, justement). Mais tout ceci est autant une force qu’une faiblesse de ce Neon Bible pourtant excellent. Force parce qu’il fait bon d’entendre Arcade Fire en haute définition (on réalise à quel point ce sont de bons compositeurs et arrangeurs). Faiblesse parce que comparé à Funeral, cette seconde offrande discographique perd un peu de son côté “immédiat” (un des charmes indéniables du premier album). Le tout semble, par moments, un peu trop parfait et lisse…

Mais cessons de faire la fine bouche… Neon Bible a une énoooorme qualité : son côté incroyablement épique. On a l’impression de vivre une aventure fabuleuse lorsqu’on écoute ce disque rempli d’hymnes inoubliables – lorsqu’on entend Win rugir, quand la voix de valkyrie de Régine se perd dans des arpèges improbables, que les musiciens sont possédés et se lancent partout comme des fous furieux (et heureux), quand Richard Perry décide d’agripper une bobine de ruban gris et s’entête à taper ses collègues musiciens (vu en spectacle !), quand l’armée de cordes escalade notre ivresse, lorsque la musique éclate à tout rompre dans des effusions de joie et d’allégresse… Et il y a des morceaux d’une rare qualité ici. La pièce d’ouverture, Black Mirror, sonne exactement comme si Echo & The Bunnymen (grand groupe de post-punk très influencé par la pop baroque) était secondé par un mini-orchestre symphonique (à écouter sans faute : “Ocean Rain”). “Keep the Car Running” est une chanson pop de grande qualité. La pièce titre, très courte et intimiste à souhait, est une perle de douceur et de tristesse – c’est un de mes morceaux préférés et aussi l’un des plus sous-estimés de l’album. La divine “Intervention”, qui met l’orgue en avant-scène, s’approche dangereusement du chef d’oeuvre mystifiant où Win, réincarné en quasi-preacher (en transe), scande SA messe de sa voix hantée :

Been working for the church
While your life falls apart
Singing hallelujah with the fear in your heart
Every spark of friendship and love
Will die without a home
Hear the soldier groan, “We’ll go at it alone”
Hear the soldier groan, “We’ll go at it alone”

Le tout se poursuit magnifiquement avec “Black Wave/Bad Vibrations”, micro-symphonie pop qui abrite deux chansons en son coeur, une, hyper-sucrée, chantée par Régine et sa voix “poupée de cire ; poupée de son”, l’autre, plus sombre, interprétée par le couple. Jolie pièce atmosphérique, “Ocean of Noise” possède un beat qu’on pourrait qualifier de dark-reggae (ce qui la rend instantanément géniale pour votre chroniqueur adoré !). Les deux titres suivants sont un tantinet plus upbeat et comprennent chacun bon nombre d’interventions vocales somptueuses de madame Chassagne. “The Well and the Lighthouse” se veut un genre de “Wake Up” part 2 (avec son break atypique à la fin). Reste le trio gagnant de la fin : le touchant “Windowsill”, le monument post-rock qu’est “No Cars Go” (un des plus vieux morceaux d’Arcade Fire qui se voit ici rehaussé à la sauce Neon Bible) et le terrible “My Body is a Cage” qui fait beaucoup penser à un certain morceau de Phil Collins (le meilleur si vous vous demandez lequel)… L’album se termine sur l’orgue et ses divagations célestes…

Pour conclure, Neon Bible est un putain de bon album. Et perso, même si je préfère de loin Funeral, je dois m’incliner devant la toute grandeur de cet opus. Je vais toujours garder une place de choix pour ce disque dans mon coeur car c’est au tout début de la tournée qui lui fut consacrée que j’ai eu la chance de voir Arcade Fire en pleine action sur scène.


Si vous avez aimé ce disque, Salade d’endives vous conseille également :

ECHO & THE BUNNYMEN – Ocean Rain
BRUCE SPRINGSTEEN – Darkness on the Edge of Town
MERCURY REV – Deserter’s Songs
BROKEN SOCIAL SCENE – You Forgot It In People

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s