Skinny Puppy – Too Dark Park

Année de parution : 1990
Pays d’origine : Canada (Colombie-Britannique)
Édition : Vinyle, Capitol – 1990
Style : rock industriel apocalyptique, musique électronique

Too Dark Park… ou l’histoire d’un groupe qui avale sa pilule magique pour explorer un monde décadent qui bande sur des rythmes électroniques aux influences gothiques.

Too Dark Park, c’est la pute et l’orphelin, le sperme et le sang, un magma de vomissures dont on peut s’abreuver et s’enivrer pour l’éternité, un voyage dont on ne revient pas, ou presque pas.

Une chronique qui commence par une description de l’apocalypse selon un malade mental ne présage rien de bon ni de très positif concernant le groupe en question mais voilà, une étincelle suffit pour éclairer une âme perdue et la ramener sur le chemin de la raison et de la raison il y en a chez les Skinny, une raison qui pousse à s’interroger sur des sujets comme la vivisection et les comportements liés à la société de consommation.

La consommation, un sujet que connaissent bien Ogre et surtout Dwayne Goettel, claviériste overdosé à l’héroïne et clamsé aux sommet de l’expérimentation avant-gardiste de ce fabuleux groupe copié de façon ridicule par des sous produits qui ne méritent même pas d’être cités tant il n’arrivent pas au furoncle de la cheville de leur maitre qui nous ont livré ici un album accessible à toutes les oreilles curieuses.

La discographie de Skinny Puppy va crescendo dans les expériences musicales en synchronisme parfait avec les expériences chimiques des membres qui le composent et ce Too Dark Park restera comme une pierre angulaire de cette discographie Dantesque et recommandable.

C’est curieux de constater que les joyaux de l’histoire de la musique sont souvent l’œuvre d’artistes névrosés, schizophrènes, alcooliques ou drogués, marqués par les souffrances de l’existence, de Beethoven à Cobain, de Morrison à Staley… Il n’y a qu’un pas, celui qui mène à la postérité.

Quand le chaos flirte avec la renaissance, quand la scarification baise avec la cicatrisation et quand la maladie embrasse la guérison, c’est certainement sur du Skinny Puppy.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s