Écoute c’te DiSK – Édition #1 (THE SIGN OF FOUR ‎– Hammer, Anvil And Stirrup)

Bienvenue à cette toute première édition de “Écoute c’te disk !”, le nouveau segment hebdomadaire préféré des petits, des grands, mais aussi des lamas bioniques.

C’est quoi “Écoute c’te disk !” ??? Le principe est tout simple : mon cher Yannichou Valliquetoutou et moi écoutons ensemble (à distance malheureusement… Rouyn c’est loin en sale) le même album en même temps et on se livre nos impressions à chaud. Le tout se fait via une conversation messenger, qui elle-même sera recopiée intégralement ici dans une version à peine corrigée (pour retirer les éventuelles coquilles).

La particularité, c’est que semaine après semaine, ce sera chacun notre tour de choisir le disque à écouter… Et il faudra impérativement choisir un album avec lequel notre comparse n’est pas familier du tout (ou à peine). Vous aurez donc la chance inouïe de lire les tous premiers émois (ou dégoûts !) d’un d’entre nous. Les albums en question peuvent être récents ou vieux. Ça peut aller dans tous les sens et tous les styles. Cela peut être ultra connu ou terriblement obscur. Nulle importance. Ce qui compte, c’est le plaisir de la découverte brute.

C’est un truc que nous faisions déjà à l’occasion Yannick et moi et on s’est dit que ce serait cool et un brin inusité de vous partager le tout. Je laisse donc le premier choix d’album à mon pote adoré.

ALBUM CHOISI PAR YANNICK

THE SIGN OF FOUR ‎– Hammer, Anvil And Stirrup

(Jazzman – 2013)

*Nous vous recommandons fortement d’écouter l’album en question pendant la lecture de ce qui suit

LA DISCUSSION

YANNICK : Salut, mon nom est Yannick et je suis mélomane.

*L’assistance (car nous écrivons cet article devant public) : Salut Yannick !!!

YANNICK : Aujourd’hui, j’ai choisi l’album “Hammer, Anvil, Stirrup” de The Sign of Four parce que c’est un des rares albums qui ne dit absolument rien à la totalité des gens de goût que je côtoie. Malgré qu’il soit sorti sur un label très respecté, l’album est passé comme une note de bas de page, alors que c’est instantanément devenu un petit classique qui me procure encore beaucoup de plaisir à écouter aujourd’hui. Je crois que Filex (alias Salade) va particulièrement apprécier cette écoute parce que c’est juste assez éclaté pour titiller son côté expérimental et juste assez rythmé pour réveiller ses racines de danseur brésilien. Aussi c’est sur Jazzman Records alors il n’oserait jamais dire que ce n’est pas bon pour ne pas perdre son street cred.

SALADE : Bien vu pour le street cred ! Je suis une pute à “street cred”. Une pute qui aime Invisible Touch ceci dit…. Bon je suis bientôt prêt à partir le disque. Laisse moi juste terminer mon Gang Gang Dance. Il me reste juste un petit 45 secondes et c’est particulièrement orgiaque comme finale. ARABO-AFRICO-DANCE-SYNTH !!!

*57 secondes plus tard..

SALADE : READY ! Dans 3-2-1 eeeeeettttt c’est parti !!! Parti pour toi aussi ?

YANNICK : C’est parti pour tout le monde.

SALADE : Drette en partant, on dirait un genre de Soft Machine post-moderne. Donc mon organe sexuel se raidi déjà fortement.

Y : Je pense que je suis influencé par le clip que j’ai vu sur Youtube, mais je trouve que ça fait trame sonore d’un film à mi-chemin entre le trip psychédélique, le meurtre et mystère et le film d’horreur de série F

S : Oooh, une TITE touche du FAR-EAST (indienne) qui me plaît beaucoup

Y : J’ai souvent le début du disque dans la tête

S : Ouais… J’ai des relents de Broadcast (surtout) et de Stereolab aussi… Même si ceux là ne mangent pas exactement de ce pain là… Là c’est plus du naan.

Y : Première fois que je l’écoute sur mes écouteurs et j’avais jamais remarqué à quel point les lignes de basse sont TASTY

S : La caverne d’Ali Baba et ses dix milles synthés ! Rétro-kitsch savoureux tout en étant moderne et bien torréfié. Première pièce FE-NI au passage. Les percus introduisent la seconde…

Y : Là c’est la pièce “Mirage” !

S : C’est très jazz-rock… très british jazz early 70s je trouve. Presque Canterbury-esque

Y : Y’a pas beaucoup d’infos qui circulent sur l’album, mais apparemment que ça a entièrement été enregistré live

S : Ah cool ! Ça sonne justement hyper organique. PLAYFUL. Petites touches de MUSIQUE DE BIBLIOTHÈQUE, ce qui n’est pas pour me déplaire. Excellent comme musique de fond à toute vos “rides” de tapis volant… Mais ouais, vite de même, quelqu’un qui aime des trucs comme les moments plus jazzé de la Machine Molle, Egg, Nucleus, Keith Tippett Group, Quiet Sun, Hatfield and the North et compagnie… et bien ce quelqu’un aimerait à coup sûr cet album.

Y : Petite basse midtempo, avec le vibraphone, ça me rappelle les compositions les plus sucrées de John Zorn, genre “The Goddess”

S : Bien vu pour Johnny Z ! Me fait penser à ses Filmworks. Et qui dit vibraphone, dit bien sûr Zappa. Même si on est ailleurs ici…. Sais-tu à quoi ça ne fait définitivement PAS penser ?

S : Bruno Pelletier.

Y : Ah bien vu pour Bruno, c’est vrai que ça ne ressemble pas du tout à ça. Ça ne ressemble pas beaucoup à Martin Deschamps non plus, mais on ne sait jamais, sur son prochain album… Deuxième constat avec mes écouteurs : les instruments sont vraiment campés d’un bord et de l’autre du stéréo. Ça m’a pris quelques secondes pour m’habituer

S : Les tites percus sont euphoriques ! Ya des petites réminiscences de Gong époque “Shamal” aussi (là c’est le boutte où je ploggue mes connaissances musicales pour avoir l’air hot)

Y : T’es sur “Jumping Beans” ? (troisième pièce)

S : Ouais ! 3ème toune avec un début encore plus library Broadcast-licieux

Y : Grosse vibe de jeux vidéos là-dessus, du moins au début

S : Yep

Y : Après ça c’est un gros délire psych de synthés de toutes sortes

S : Psychedelic PINBALL JAZZ WIZARDS

Y : Encore une fois, très PLAYFUL comme tu disais tantôt.

S : Une toute petite piécette qui défile à vu de tympan. Le plaisir est communicatif et évident. BON, une autre affaire que je vais devoir acheter. CALISS. Au moins il semble pas trop cher… Mais bon, après que notre article sera paru sur Bruit de Fond, NOS MILLIERS de lecteurs vont vouloir se le procurer. Ça fera augmenter les prix à coup sûr ! Sinon, morceau déjà fini. Je commençais à m’attacher moi à ces fèves sauteuses…

Y : Je l’ai acheté à sa sortie à bon prix, aujourd’hui faut passer par discogs j’imagine… Ouais là c’est “Morphine”, peut-être un peu plus dans le style de la première toune. Full band avec la rythmique bien à l’avant

S : Oh l Les synthés de la 4ème me confirment le côté Soft Machine. Forte influence de Mike Ratledge dirait-on… Vraiment pas un deux de pique, soit dit en passant.

Y : Première fois que je remarque autant la basse, incapable de ne marquer le beat avec mon vieux cou qui va être tout courbaturé demain

S : ORGIE DE SYNTHÉ (je retire mon pantalon)

Y : C’est cool que tu puisses sortir des références, parce que je n’ai pas ce type de background

S : Oh ça va dépendre du disque. Dans certains cas, j’aurai probablement aucune idée de comparaison ou bien je vais me gourer royalement… Mais là, ça chatouille mes premiers amours jazz-rock de l’adolescence… ET mes ébats avec la library music… Et tout ce qui touche de près ou de loin à Broadcast et leur esthétique rétro-psych-kitsch = du bonheur

Y : Je me souviens qu’à la sortie, le communiqué de presse se faisait une fierté d’annoncer que ça avait été enregistré avec des VRAIS instruments (real instruments dans le texte) et je trouvais ça un peu inutile ou peut-être même prétentieux d’en faire un argument de vente, mais après quelques écoutes je comprends mieux pourquoi ils voulaient faire la précision… Et cette toune-là est un superbe exemple. Il y a tellement de sonorités différentes et de torsions que tu as de la difficulté à ne pas penser à des échantillons

S : Ouais, on s’imagine un travail d’orfèvrerie de post-editing dans le studio… Assez ahurissant que tout ait été enregistré “live”

Y : C’est un album vraiment riche en sonorités, surtout pour un truc enregistré live

S : Si cet album est de la bouffe, je dirais que jusqu’à présent c’est une pointe de tarte tatin (ce qui est un énorrrrrme compliment pour moi)

Y : Petites sonorités du Moyen-Orient qui reviennent nous titiller l’oreille.

S : Yep !!! J’adore cette rencontre entre différents horizons planétaires. Un peu arabisant, un peu indien, très psych-jazz britannique, très folichon quoi.

Y : Maintenant…. FRUIT JUICE FOR EVERYONE (la 5ème pièce qui débute)

S : Et pourquoi pas ? Le Jus de Fruit c’est si délicieux. Même si le PHARMACHIEN a dit que c’était pas BON pour la SANTÉ

Y : Tout le monde devrait avoir du jus de fruit

S : Esti que je m’attendais pas à name-dropper le Pharmachien dans cette conversation / article

Y : Mais faut garder la PULPE

S : EXTRA PULPOUS YEAH!

Y : Ahh yes, j’Aime ce bout-là

S : J’allais l’écrire ! Mon boutte préféré du disque jusqu’à présent

Y : Petite nappe de synthé qui vient peaker

S : Délicieuse mélancolie synthé-sucrée

Y : Ouais, mélancolique et un brin abrasif justement vu que ça peak

S : Comme la boîte de pandore pharmachienne est ouverte…. Tu savais qu’il était un GROS fan d’Agalloch ? Il a fait un podcast où il parlait de ses gouts musicaux pis Agalloch est son groupe préféré à vie. Il aime aussi Enslaved à fond.

Y : (tite face de surprise) Pour vrai ? Je sais à peine c’est qui à part que je vois sa face quand j’attends à la pharmacie mais là je pense que je vais acheter ses livres.

S : Ok, j’ai pas choisi ma track pour faire un aparté… C’est un vrai régal auditif et sonore. Et audible. Cet album est composé à 66% de tendre et juteux synthétiseurs.

Y : Ouais c’est vraiment un trip de synthés avant tout. Mais les percus sont super aussi là-dessus. Oh et ça revient… La NAPPE revient !

S : ooooooooooooooh ouais. Ça le fait.

Y : J’ai eu des frissons, des vrais.

S : Pour citer le dialogue sublissime de “Maitresses très particulières” : J’ai l’gland qui éclate là….. J’AI L’GLAND QUI VA ÉCLATER !… What a fucking track.

Y : C’est la pièce la plus longue jusqu’ici, ce qui est cool parce que ça laisse de l’espace pour les percussions

S : Je vais me chercher un verre de jus. Je serai donc absent exactement 52 secondes. Mais j’écoute en même temps

Y : Ah non c’est pas vrai, c’était Morphine la plus longue, Michel Forget it. T’as la meilleure toune au monde pour aller te chercher du jus : on dirait un intermède fait juste pour ça (“Samba Moderno”).

S (de retour) : On dirait la soundtrack de l’île des plaisirs de Astérix et les 12 travaux. Manque juste un écureuil qui fait un solo de saxo !

Y : C’est DRETTE l’île des plaisirs de Astérix et les 12 travaux. On revient dans le gros enjoué. C’est de la samba mais tout le monde est sur la mdma

S : Cet intermède brésilien m’évoque avec plaisir les futures éditions où je te ferai découvrir quelques classiques de Tropicalia/MPB

Y : Penses-tu que c’est de la vraie flute ou un plugin ?

S : AUCUNE idée. ELLLLL SAIT PÔ. MAIS AIME ÇO… Oh, petit détour au Maghreb pour la pièce suivante qui vient d’embarquer (“Morocco”). Mais le Brésil n’est pas loin encore… on le sent là, tout chaud et invitant.

Y : Les titres de tounes sont toujours à propos

S : J’avais raison… PETIT détour. déjà dépassé la moitié du morceau. J’adore comment les percussions sont mixées. Superbe travail.

Y : Hey, Al di Meola, sors de ce corps

S : Il est parti se coucher le bon Alain… L’ASSAUT SUR LES SENS (“Assault On the Senses”) maintenant !

Y : Assault on the Senses, avec un nom pareil faut que cette toune-là livre ! Y’a des maracas en tout cas. “Assaulted by maracas !”

S : Esti que ça m’évoque de quoi cette toune…. mais j’arrive pas à mettre le doigt dessus… AH OUI ! Une toune de Broadcast. Encore eux. “Papercuts” (sur “The Noise Made by People”)

Y : VOYONS. J’pense que t’as le goût d’écouter du Broadcast toi

S : J’ai TOUJOURS le goût d’écouter du Broadcast, certes. Mais tu écouteras les claviers et la rythmique sur “Papercuts” pis tu me diras si je me goure. Il y a un peu de cela j’trouve.

Y : Pour une toune qui s’appelle “assault on the senses”, c’est peut-être la plus laid back jusqu’ici

S : Oui…. mais avec une tension sous jacente. Spy movie sur l’acide.

Y : On laisse la place au drum de faire sa patente. Et oh ! Ouais là ça vient de virer plus grave

S : Je vois pleins de plans furtifs de dudes à moustaches avec des costards, des chapeaux noirs pis des Beretta… Oh, déjà fini la track. Bordel que ça coule tout seul. Le PÉRIPLE (“The Journey”) maintenant.

Y : Qui ne se retrouve PAS sur le vinyle. Il y a deux bonus sur le CD, celle-là et la prochaine. “The Journey”, je vais te le dire, c’est une GROSSE perte. Dans mon top 3 de l’album, si ce n’est pas ma préférée.

S : Bon, je vais m’acheter le CEUDÉ d’abord. Et ouais je confirme : c’est la plus “grave” et “sérieuse” jusqu’à présent… avec ce petit côté “doudouk possédé”

Y : On entre un peu dans une autre zone de The Sign of Four. Les trois dernières pièces sont désertiques et moins pina colada, même si ça reste très rythmé et chargé. D’ailleurs, les deux dernières pièces (du CD et donc ce qu’on écoute) ne sont pas de The Sign of Four mais de Sun Suite, une incarnation précédente.

S : C’est très très très TRÈS différent… mais ça me fait penser aussi un peu à aksak maboul… début d’album plus joyeux/exotique, finale un peu plus sombrex.. D’ailleurs. Aksak Maboul serait un pas pire choix de future “écoute c’te disque” ma foi

Y : Ceci dit, le flow du vinyle est impeccable… Ouais très différent en effet

S : C’est deux 10 inches le disque ? (si je me fie à discogs).

Y : Deux 10 pouces oui. T’as pas le temps d’aller te servir du jus

S : Ouais. Je suis moins fan un peu des 10 pouces pour ça. Esti que je suis paresseux. Me lever de mon cul aux 12 minutes… J’aime la musique autant que mon prochain mais là, cibole

Y : Y’A DES ESTI DE LIMITES À AIMER LA MUSIQUE

S : DEUX 10 POUCES !?!?!? MAIS KESSÉ KI LEUR A PASSÉ AU DESSUS D’LA TÊTE !?!?!? (gros inside que juste toi, moi et Julien Charbonneau vont pogner)

Y : T’es fait pour écouter du Ben Vida en streaming toi. “KIN, la grosse paix pour un bon quatre heures.”

S : Ti-Ben et sa Vida Loca. Je souhaite une réédition CD de son chef d’oeuvre

Y : Retour au disque en cours… les petits sons de boîte à musique à l’arrière sont beauuuux. Et aussi un peu inquiétants

S : Ok, je suis en amour. J’aime VRAIMENT. Là, on est rendu aux pièces de la fin du disque… les fameux bonus du groupe qui existait AVANT Sign of Four : The Sun Suite.

Y : Celle-là non plus n’est pas sur le vUnyl

S : ENFANT DU SOLEIL, TU PARCOURS LA TERRE, LE CIEL

Y : Belle petite ligne de basse toute simple mais avec une tonalité monstre, accompagnée par une ligne de piano et une autre de synthé toujours aussi simples. Mais délicieuses. J’aime beaucoup celle-là, elle fait très jam

S : Un petit côté “turc / anatolian pop” aussi… Et soit dit en passant, je sens que le mot “délicieux” (et autres terminaisons) va être un des mots les plus sur-utilisés de notre série de conversations

Y : On dirait qu’il y a 4-5 synthétiseurs en simultané là

S : BON À S’EN SUÇOTER L’PRÉPUCE

Y : Le mot délicieux est parfait quand tu veux aller vite ou que tu veux pas te faire chier à trouver le mot juste..

– Comment a été ta chimio

– DÉLICIEUX

S : ahahahaahahahahaha. Parfait. J’ai remarqué dans l’exercice de cette première écoute simultanée et commentée qu’on se complète bien. Moi je pars sur des délires et je parle des influences. Toi tu parles de la musique. Ça risque de s’inverser ceci dit quand ce sera mon disque que je te présenterai

Y : Ouais là t’es dans mon turf

S : Ton turf est accueillant. Y’a des lava-lamps, une bonne odeur d’encens et des croustilles de différentes fragrances à portée de main

Y : Ok, dernière toune du CD et du vinyle, “Humulus Lopulus”

S : This is the end, sadly…

Y : On dirait que la ligne de bass menace de partir One of These Days de Pink Floyd

S : I’m gonna cut YOU into LITTLE PIE-CES !!!

Y : Un peu plus atmosphérique comme The Journey… Et psychédélique à fond.

S : Esti que Roger Waters est LAID dans Live à Pompeii (commentaire gratuit)

Y : Il doit être laid à l’épicerie aussi. Méchante tronche.

S : Je trouve qu’il a bien vieilli le Rogers. Il est pas mal plus beau vieux monsieur que jeune laideron

Y : Oui t’as raison pour Roger

S : Je reviens au morceau mais ouais… la structure a été abandonnée momentanément, le temps d’un délire foisonnant. C’est de loin la plus psychée de l’album.

Y : L’album se termine d’une manière tellement différente du reste de l’album, on dirait qu’ils se disaient “check, on va leur montrer ce qu’on pourrait faire une prochaine fois”

S : Et prochaine fois il n’y eu pas…. vu que 99,9% de la population terrestre semble s’être concre-crissé de l’album

Y : Justement… 31 copies à vendre sur Discogs ??? Coudonc, est-ce que je suis le seul à trouver ça bon ?

S : Nope. Moi aussi je te rassure. Juste un petit classique qui est tombé dans l’beurre. Et pas cher du tout en CEUDÉ. Juste le shipping qui risque de me fister analement dans le cul avec un poing américain en diamant et enrobé de barbelés électrifiés… et là l’album…. Ouin… snif snif… l’album s’achève…. Je veux PAS. Donne m’en plus Georgie Boy, donne m’en plus… Well ! Constat à chaud : un SUPER bon album ! MERCI ! Je vais me faire un plaisir fou fou fou de réécouter et je t’annonce que je vais probablement me l’acheter assez rapidement (même si mon budget est pas d’accord mais bon, FUCK HIM)

Y : Le dude principal vient de The Natural Yogurt Band, que je ne connais pas mais qui semble plus populaire… Tagués library music, acid jazz et funk. C’est quand même invitant.

S : Bon bin, c’est la fin

Y : Merci tout le monde d’avoir assisté à ce premier spectacle du duo Filex et Yannick, n’oubliez pas de conduire au volant.

S : Et d’embrasser goulument des lièvres sur la bouche ! Et de remercier la vie quand vous prenez votre première gorgée de jus le matin.

Y : FRUIT JUICE POUR TOUT LE MONDE !!!!

S : Bon, va falloir que je trouve la manière de recopier tout ça en forme d’article moi. Ouh là là. (Je vous le confirme, c’est long en TABARNAK).

FIN

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s