Écoute c’te DiSK – Édition #2 (UNIVERS ZÉRO ‎– Ceux du Dehors)

Salut tout le monde (oui, même toi dans le fond de la pièce) ! Bienvenue à ce deuxième volet de “Écoute c’te disk !”. Cette semaine, c’est à mon tour (c’est Salade qui parle en passant) de choisir l’album qui sera écouté. Donc, sans crier “gare”, ni même “stéthoscope” ou “pompier-sapeur”, voici les infos du DÉLICIEUX disque suranné que nous allons subir :

ALBUM CHOISI PAR SALADE

UNIVERS ZÉRO – Ceux du Dehors

(Recommended – 1982)

Pourquoi avoir choisi ce disque ?

Parce que c’est selon moi un des chefs d’oeuvre d’un créneau musical encore méconnu et que j’adore : Le RIO (ou Rock in Opposition), aussi qualifié “d’avant-prog”. C’est un des premiers albums de ce style (qui n’en est pas vraiment un en fait..) que j’ai entendu, ado. Et ça m’avait complètement chaviré les sens. Je l’ai aussi choisi parce que Yannick connaît peu le prog et comme il aime les choses “sombres et expérimentales”, ça devrait possiblement tomber dans ses cordes.

Penses-tu que Yannick va aimer l’album ?

J’espère, sinon c’est pu mon ami !!!! Blague à part, je crois qu’il va apprécier certains aspects sonores (le côté très inspiré par la musique contemporaine et folkloriste, l’instrumentation bigarrée et peu conventionnelle pour un disque de prog, le côté démoniaque de la chose) sans pour autant être complètement sous les charmes méphistophéliques de cet ovni sonore rutilant.

Donc allons y sans plus tarder… Comme d’hab, nous vous recommandons fortement d’écouter l’album en question pendant la lecture de ce qui suit.

LA CONVERSATION

Salade :  Ready à partir le tout ?

Yannick : Born to be ready à partir de tout !

S :  Ok ! Donc dans 3-2-1….partiiiii

Y : Il y a dix secondes, j’écoutais du black métal dépressif, disons que ça change de ton 

S : Là, ça va rester sombreX. Mais dans un TOUT autre créneau. La première pièce, “Dense” (qui joue présentement live dans nos z’oreilles z’ébahies), est une des plus joyeuses (par bouts). Joyeusement démoniaque je dirais. Bartok va pic-niquer avec Lovecraft près d’un marais irréel.

Y : C’est prog, c’est folk, c’est jazz, c’est déjà parti dans plein de sens

S : En effet. La basse torche. Déjà tu vois que l’instrumentation est peu usuelle pour un disque de rock progressif. 

Y : Avec un petit côté musique de chambre. Ouais la bass me fait penser à Aluk Todolo ! 

S : pas fou !

Y : Est-ce que c’est du basson que j’entends ? L’instrumentation est géniale. Je suis vraiment frileux sur le prog, j’aime mieux te le dire tout de suite, mais là, jusqu’ici, j’embarque big time.

S : Ouais ya du basson. Et le côté musique de chambre est très important, encore plus sur d’autres morceaux subséquents… Là on est rendus à un bout plus tranquillo avec une estie de montée ténébreuse assez jouissive, presque post-rock… mais là c’est presque du “post-chamber”… Et ouais je voulais te courtiser le prog avec quelque chose que tu avais plus de chance d’aimer 🙂 Je me réserve quand même le droit de te sortir des trucs plus bancal éventuellement ceci dit (lors de futurs épisodes).

Y : C’est drôle parce que les instruments utilisés sont mentalement associés à des musiques joyeuses pour moi, mais la composition en tant que telle est très tendue.

S : La trompette et le sax, ça peut être dark en tabarnak aussi. On le réalise avec UZ. Petite info historique intéressante (pour moi du moins) mais Daniel Denis, le batteur et leader du groupe, a aussi joué avec Magma “live” dans ce que je qualifie de leur meilleure période (tournée Üdü Ẁüdü). “Ceux du dehors” est le premier album du groupe à avoir incorporé des synthétiseurs. Avant la musique du groupe était pas mal acoustique à 100%.

Y : Oh là c’est vraiment un bout prog, presque ECM. Mais c’est très bon, les percussions sont un peu en retrait jusqu’ici, alors quand ils surgissent ça capte notre attention big time. Même chose avec les gros accords de piano.

S : Là, on tombe dans le boutte le plus fucking DARK de la pièce. Esti que c’est LUGUBRE… genre de trame sonore de cirque dérangé. Pas de femme à barbe ici. Ce sont des créatures lovecraftiennes qu’ils exhibent dans les cages. Des espèces d’hommes batraciens ailés, mi pieuvre mi grenouille… Estie de belle montée. 

Y : J’ai pas vérifié, c’est français ? Ça sonne français.

S : Belge.

Y : Oh ok ! France-Belgique, MÊME AFFAIRE. 

S : Oui mais ils ont des meilleures bières et ils sont moins chiants (sorry à nos lecteur français)… Bon, on entame le second morceau, “La corne du Bois des Pendus”, un nom très sexy.

Y : Hey les lecteurs français, on vous aime, ok ? Filex, essaye de ne pas nous faire perdre un de nos quatre lecteurs siouplaît.

S : (ce dernier commentaire reflète uniquement l’opinion de Yannick Valiquette). Non, sans déconner, je vous adore. Tsé, vous avez Magma, le Bourgogne et le jambon beurre. C’est de la jalousie dans le fond.

Y : C’est cool cette pièce, très ponctuée et plus lourde.  

S : Oui, plus atmosphérique aussi, selon moi. Moins percussive et rutilante à qui mieux-mieux. Ils prennent tout leur temps pour installer leur atmosphère opaque les salauds.

Y : Ah, y’a des voix aussi ! Je m’imaginais que ça allait être instrumental. C’est mega bien intégré en tout cas.

S : Il n’y a pas de chanteur à proprement parler dans UZ mais oui, des voix austères viennent faire leur apparition par ci par là. Bon on est dans un bout très “contemporain” ici. Les cordes se font aller. Est-ce que tu vois l’influence de Stravinsky et Bartok ?

Y : Je sens bien la structure principale de la pièce, mais damn que ça ne tient pas en place deux secondes haha. Très dynamique.

S : Oh, des samples de voix étranges (vers les 5 minutes). 

Y : Ce bout-là pourrait clairement être dans une bande sonore d’un film de zombies ou d’un massacre dans une aile psychiatrique, surtout avec les voix qu’on entendait plus tôt.

S : Clairement. Je sais pas si tu as vu le film “Requiem pour un massacre” de Elem Klimov. Mais je trouve que ça “fitterait” solide pour certaines scènes particulièrement troublantes… Es-tu rendu au bout avec l’espèce d’orgue qui sonne très “Carnival of Souls” ?

Y : Nah j’ai pas vu le film. Mais j’ai vu Wayne’s World 2 et il me semble que ça fitterait bien aussi. Ouais je suis rendu à bout-là.

S : Ou dans Nitro. Avec la barbe de Martin Matte. Un long “travelling” artistique sur les poils de menton de ce cher monsieur Matte.

Y : Hahahaha, entre un film de zombie et la barbe de Martin, y’a pas beaucoup de différences côté horreur.

S : Je préfère me faire dévorer les entrailles par une armée de moribonds que de contempler la pilosité faciale de Martin Matte pendant de longues et pénibles minutes, perso.

Y : Honnêtement, je ne m’attendais comme pas à aimer ça autant que ça. Finalement, j’ai juste hâte que l’album se termine pour voir si je peux m’en trouver une copie.

S : Oh que je suis content ! Je pense que je vais me toucher…. (éditeur : ça passe pas ça).

Y : La pochette pourrait facilement passer pour un album de pagan black metal, genre Nokturnal Mortum.

S : Il a été réédité en VeUnyRe par Sub Rosa. Édition qui sonne fucking bien et vraiment pas trop chère, comme toujours chez Sub Rosa (je les aime). J’ai aussi la version CD de Cuneiform (celle qu’on écoute présentement) qui a une pièce de plus à la toute fin (Le “Triomphe des Mouches”)… Je dois avouer que je trouve l’album un peu tout nu sans cette finale parfaite vu que j’y suis habitué. Mais la version Sub Rosa est un must quand même.

Y : Oh shit, “Bonjour chez vous” qui vient de démarrer et qui est quand même dans un autre mood.

S : Ouais, “Bonjour chez vous” est la petite pièce légère et rigolote (mais instrumentalement impossible à jouer) de l’album. Bin, un peu plus légère.

Y : Léger comme un groupe prog de 55 instruments qui change de tempo aux 20 secondes.

S : Ils torchent sans bon sens mais c’est jamais démonstratif, ni au détriment de la musique.

Y : J’allais justement dire que je ne sens aucunement que c’est show off

S : Comme chez Strav, c’est pas show off. Juste là pour illustrer magnifiquement bien l’univers sonore unique et hirsute… 

Y : J’aime beaucoup que la porte s’ouvre en début de pièce et qu’elle se referme à la fin. C’est comme si un orchestre démoniaque arrivait chez vous à l’improviste, le temps de jouer leur truc mega excentrique pendant quatre minutes pour repartir aussitôt.

S: Oui. Une touche que j’ai toujours apprécié. Genre la musique de la cour du roi Louis XIV, si ce dernier était un poulpe géant… Bon là, on s’enligne pour “Combat” !!! Quelle putain de pièce ! La plus “zeuhl” du disque. On est pas loin des moments les plus sombres de Magma. Mais en moins Jazz et en plus “musique de chambre de l’Europe de l’Est”… Eille, UZ qui ferait la trame sonore de Suspiria, ça le ferait en criss.

Y : Étant complètement newbie en zeuhl, Magma et même prog à bien des égards, j’imagine que je reçois cet album différemment, dans le sens que je n’ai presqu’aucun référent pour le juger ou le comparer. Ma réaction à ça est pure comme quelqu’un qui découvre un nouveau genre.

S: Oui mais c’était pareil pour moi quand j’ai découvert ça à 16 ans. Ceux du Dehors a été mon premier album de UZ et un de mes premiers albums zeuhl et/ou avant-prog (avec les albums de Faust et de Magma). Je me suis dit que ce serait une superbe porte d’entrée pour toi aussi.

Y : La bass est quand même vachement impressionnante depuis le début du disque.

S: Fichtrement. La cohésion basse/batterie/percus est jouissive as FUCK.

Y : Ce bout-là est particulièrement orgasmique. La montée est constante et c’est vraiment impressionnant d’entendre autant de variété dans l’instrumentation. 

S: Oui mais contrairement au post-rock ou ça monte de manière un brin prévisible (la guitare larmoyante et ses dix milles effets de pédale), là ça monte et il se passe tout plein de trucs biscornus et fascinants.

Y : Ouais ça monte en paliers haha, c’est l’image que j’avais. On est loin du crescendo core.

S: Tsé, c’est un peu boiteux comme comparaison. Mais ya une construction de pièce qui se rapproche plus du math-rock que du post-rock. Oh… petit moment ambient weird atonal bruitiste ici.

Y : Ouais je ne m’attendais pas à ça, pas mal un autre univers tout d’un coup.

S: Le résumé de cet article : “Yannick : je ne m’attendais pas à ça”. Et j’adore ça. Esti que j’aime surprendre les gens quand je leur fait découvrir un disque.

Y : Je m’attendais juste à te traiter de nerd.

S: Tu me traiteras de nerd quand on écoutera du ELP dans un futur épisode.

Y : Je pourrai pas rentrer ce jour-là, boss, je vais avoir la polio en plaques.

S: Cancer des ovaires ou pas… Man, tu écouteras leur perfo au “Isle of Wight”, de loin le truc le plus DESTROY que j’ai vu “live” (en vidéo, vu que j’étais fichtrement pas né en 1970). Keith Emerson qui plante des poignards dans son clavier pis qui embarque dessus comme un malade. Les death métalleux peuvent aller se rhabiller. Bon, petit aparté. Retour à UZ. Ce bout là est mon préféré de la pièce, le calme avant la tempête finale. Les petites voix hyper-Magma-éenne. Bon je pense que j’ai “name-droppé” Magma 48 fois jusqu’à présent.

Y : Le résumé de cet article : “Filex : Magma”.

S: Moi je gueule pas “METALLLIIIICAAA !!!” mais “MAGMAAAAA TABARNAK !!!”

Y : Whoa, j’ai vraiment aimé la transition entre les petites voix et le retour des grandeurs instrumentales. 

S: Esti que ça torche ce bout là, avoue ? Morceau FE-NI. Maintenant, on tombe dans le plus glauque avec “La Musique d’Erich Zann”, qui est aussi le titre d’une nouvelle de ce bon vieux H.P. Amour de l’Artisanat. Ces gens aiment beaucoup beaucoup H.P. Moi aussi d’ailleurs. Avant d’être dans Univers Zéro, Daniel Denis avait un groupe qui s’appelait “Arkham” (la célèbre ville imaginaire du Massachusetts, créée par l’écrivain H.P. Lovecraft.)

Y : On dirait un soundcheck de A Silver Mount Zion.

S : Mais A Silver mount Zion possédés par un démon de la Mésopotamie antique, les yeux couleur suie, un peu de bave qui coule de leur bouches édentées.

Y : Je me sens chez nous en écoutant ça, c’est plus familier un peu. Petite débandade de violons drone. 

S : Chez toi, est-ce que les murs saignent pis ya des voix qui chuchotent des affaires dans des langues inconnus ?

Y : Ouais ok là ça s’en vient un peu trop inquiétant pour être dans mon salon. J’entends ma blonde dire “oui maître, je vais tuer”.

S : Hahahahahh…. Damned… le petit violon dissonant à la fin.

S : Bon, “La tête du CORBAK” maintenant. On approche déjà de la fin du disque.

Y : Est-ce que c’est une toune en hommage à Pierre Harel ?

S : Pierre Alain Poe, je dirais pluôt.

Y : J’ai vu que la réédition (CD du moins) avait une chanson en bonus.

S : Oui, comme je disais plus haut (tu me lis pas CALISSSS !?!?) on va l’avoir. “Le Triomphe des Mouches” qui est une putain de merveille.

Y : Ah j’ai manqué ce bout-là, mais oui ok les mouches, ça me revient.

S : Tsé, je me force à écrire des merveilles pis toé tu me lis pas (essai pathétique d’avoir l’air frustré). Bon parle de la tête avant que ça finisse (c’est si court)

Y : Oh shit oui hein, juste trois minutes ! Considérant que c’est supposé être la dernière pièce, j’imagine que ça donne un PETIT soulagement par rapport à la pièce d’avant, même si ça se termine de manière très ouverte du genre “ la créature est morte, mais dans le dernier plan on la voit ouvrir un oeil”.

S : J’adore ta métaphore. Ettttt…. Le Triomphe commence…. à la base, c’était un single. Tsé, si y’a bien un groupe avec qui le mot “single” ne fit pas, c’est Univers zéro. “Et maintenant, on va entendre le HIT-single d’Univers zéro, mesdames-messieurs…”

Y : Pour un single, c’est probablement leur pièce la plus inquiétante sur l’album !

S : Oui. Leur pièce la plus glauque de cet album… Mais Hérésie, l’album précédent, est encore plus sombre. Tu vas en raffoler. Il est moins prog aussi et plus expérimental/ambient/WTF

Y : J’adore le piano dérangé sur fond de percussions qui font penser à une vieille horloge, ou une sorte de mécanisme quelconque. On entend même ce qui semble être des essoufflements en arrière-plan, c’est mega anxiogène haha.

S : “Et en première position, supplantant “Don’t go Breaking my Heart” d’Elton John… “Le Triomphe des MOUCHES !!!”

Y : Hahahaha. T’arrives au Beach Club et c’est ça qui joue. 

S : Hahahahaha. La finale de ce morceau est un gros n’importe quoi d’agité et de suprêmement malsain

Y : Ouais ok on revient un peu plus en zone connue ici, vu que la reprise de rythme démentiel mais ahhhhhh, c’est FEUNI.

S : Impressions générales ?

Y : J’ai adoré, c’est très éclaté, très excentrique tout en étant sombre et inquiétant. C’est immensément riche en instrumentation et en variations de tempo, mais il n’y a pas un moment où je me disais que c’était trop ou que c’était pas suivable. Comme je le disais, le prog est un terrain dangereux pour moi et ils ont merveilleusement bien dansé sur la ligne de ce qui me plaît dans ce genre de musique. Achat assuré en ce qui me concerne !

S : Le professeur Tournesol qui a un orchestre de rock dément. Ça fait toujours un effet boeuf quand ça joue dans mon auto auprès de ma dulcinée (NOT). Et je suis encore une fois hyper content que tu aies autant apprécié ! J’étais honnêtement pas certain.

Y : T’as bien vu mon ami ! Sur ce, faut que je mange sinon je vais tout casser.

S : Bon repas et/ou violence envers tes proches/collègues/objets à proximité.

Y : Merci pour la découverte ! Hey, les fans français, les belges sont meilleurs que vous en musique, deal with it.

S : Et en bières !

Y : Et en statue qui pissent. Inégalables.

S : Hahahahahahaah. Bon bin, bonne semaine les amigos ! On se retrouve la prochaine pour un autre choix de Yannick que je vais aimer vu que j’aime TOUTE.

Y : Bye les amis, merci tellement de lire, si vous lisez ! Pas trop certain de savoir pourquoi vous faîtes ça, mais on apprécie en maudit. LOVE.

S : xxx.

FIN

One comment

  1. J’suis pas vraiment capable d’appeler ça du prog, mais j’suis pas vraiment capable d’appeler grand chose, en musique. J’attends qu’elle me parle, c’est tout. Pis peut être parce que j’aime ça, au fond!

    Liked by 1 person

Leave a Reply to Thierry Hardy Simonelli Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s