Serge Gainsbourg – 1963 Théâtre des Capucines

Année de parution: 2001
Pays : France
Édition: Vinyle 12 pouces, 2001
Styles: Chanson française, jazz, lounge

Dans la discographie large et vaste du grand Gainsbourg, il est possible de plaire à tous ; que cela soit pour l’amateur de rock psychédélique ou pour le mordu de reggae aux dreads de 3km. Pourtant, avec tous ses années et albums à son actif, il y a une catégorie dans sa discographie qui a presque totalement été mise de côté… je parle bien sur des ”Live” (“Enregistrement public” pour les intimes). Quand on observe en profondeur la personne de Lucien Ginsburg, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi ses enregistrements sur scène se font si rares : timidité gargantuesque (ne pouvant être qu’adouci par l’alcool), manque de prestance sur scène, etc. Pendant son vivant, Gainsbarre ne sorti que deux albums live, vers la fin des années 80’s : ”Gainsbourg Live” en 1986, puis ”Le Zénith de Gainsbourg” en 1989.

En 2001, une décennie après son décès, ”1963 Théâtre des Capucines” sort sur les étagères. Directement déterré des archives de Phillips, ce court album de 21 minutes était destiné à devenir le 5e et dernier 10 pouces, tout cela avant de sorti son premier album. Le line-up de ce concert est assez simple et pareil à celui retrouvé sur Confidentiel : Gainsbourg à la voix, Elek Bacsik à la guitare électrique puis Michel Gaudry à la basse, tel que timidement énoncé par Gainsbourg avant son récital. Au niveau des chansons interprétées pendant cette prestation , nous avons plusieurs de ses classiques de l’époque : La femme des uns sous le corps des autres, Intoxicated man, Personne et La javanaise. Parmi toutes ses chansons, tirées de ses précédents 10’s et de son album à venir se retrouve un ”intru” : Dieu, que les hommes sont méchantes. Ce titre n’ayant jamais été enregistré en studio par Gainsbourg, il est seulement disponible sur ce disque! Ce qui fait le charme de ce concert, c’est la simplicité et la chaleur humaine qui s’en dégage, avec sa timidité, sa voix tracassante, mais également la fureur dégageant de Serge, qui prend le temps d’interpréter avec passion ses chansons, le tout sur un fond jazzy simple et sympathique.

Gainsbourg à l’oeuvre, années 60

En somme, ce petit live de Gainsbourg peut sembler insignifiant aux premiers abords, mais c’est une vraie perle dans sa discographie! Tout est là pour plaire : petits commentaires par Gainsbourg, l’ambiance, la sonorité ainsi que la sincérité des chansons. À cause de ces aspects (et pour ses classiques interprétés à la manière ”Confidentiel”), je donne à ce LP la très respectable note de 5. Un excellent disque à posséder pour les fans de ce grand homme de la chanson française!

Si vous avez aimé ce disque, Sandwich Électrique vous propose :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s