Michael Pisaro – Nature Denatured and Found Again

Interprètes : Michael Pisaro / Antoine Beuger / Jürg Frey / Marcus Kaiser / Radu Malfatti / André Möller / Kathryn Gleasman Pisaro
Année de parution : 2019
Pays d’origine : États-Unis
Édition : 5 x CDs, Gravity Wave – 2019
Style : Musique concrète, Réductionnisme, Classique Contemporain, Drone, Field Recordings

Né à Buffalo (New York) en 1961, Michael Pisaro est un compositeur et guitariste qui oeuvre dans les styles suivants : musique concrète, musique électroacoustique, classique contemporain, réductionnisme, field recordings et musique non-déterminée. Son corpus est un des plus fascinants pour les amateurs de musique actuelle. Je n’ai pas la prétention d’avoir écouté la totalité de sa production exhaustive ; mais je possède assez de disques de lui (environ une dizaine) pour me considérer comme un aficionado fini de sa musique. “Nature Denatured and Found Again” est de loin son aventure sonore la plus ambitieuse jusqu’à présent… Un projet de fou qui aura pris 5 ans à enregistrer (+ le temps consacré à l’editing, un travail que j’imagine comme colossal).

En 2011, Pisaro est invité par un certain Joachim Eckl à développer un genre de laboratoire sonore dans les environs de la charmante petite commune de Neufelden, en Haute-Autriche. La bourgade est bordée par la rivière “Große Mühl”, qui prend sa source à l’extrémité sud-est de la Bavière et qui se jette dans le Danube. Pisaro décide alors d’élaborer le dit projet… Le tout prend la forme de marches d’après-midi dans les bois environnants, en longeant la rivière. Les participants (dont Pisaro) sont munis d’enregistreuses et à travers leurs marche d’une durée de 2 heures, ils rencontreront divers musiciens installés sur des bancs un peu partout dans la nature et improvisant. Ces musiciens sont : Antoine Beuger (à la flûte), Jürg Frey (clarinette), Marcus Kaiser (violoncelle), Radu Malfatti (trombone), André Möller (guitare électrique) et Kathryn Gleasman Pisaro (hautbois et cor anglais). Les marcheurs doivent écouter (et enregistrer) chaque musicien pendant 12 minutes.

L’exercice se répétait chaque jour pendant une semaine (beau temps, mauvais temps) et fut répété chaque année pendant 5 ans. Chacun des 5 disques composant cette oeuvre est le résultat du travail de Pisaro sur les bandes sonores de chacune des années où les enregistrements furent recueillis. Chaque CD dure exactement 48 minutes et comprend 4 pistes de 12 minutes. Quelqu’un qui serait muni de 5 lecteurs CDs pourrait d’ailleurs faire jouer les 5 disques en même temps… J’imagine que le résultat final doit être assez incroyable.

Néanmoins, l’écoute de chaque disque (séparément) est une expérience fascinante en soi. On entend la nature vibrer, les oiseaux chantonner doucement au loin, les cigales se faire aller alors que l’après-midi tire à sa fin. On laisse nos tympans se faire porter par le court de la rivière, se repaître du bruit des chutes d’eau et de la pluie tombant parfois. On entend même parfois des avions au loin… À travers ces merveilles de field recordings, on découvre une musique minimaliste qui se fond totalement à celle de la nature. Jamais musique n’aura épousé si somptueusement la faune et la flore. C’est une oeuvre-médicament qui apaise mon âme et mon corps tout entiers ; et dont je bénéficierai jusqu’à ma mort. Zen, spirituel, vivant et vital.


Salade d’endives vous conseille également :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s