The Cure – Faith

date de parution : 1981
pays : Angleterre
édition : vinyle, A&M (Canada)
styles : cold wave, post-punk

Troisième album du groupe, Faith se révèle un disque extraordinairement sombre et un chef-d’œuvre incontesté de la cold wave. C’est un album qui touche au sacré. Tout le disque est comme le dernier souffle d’un mourant. Le tout enrobé de dentelle musicale et de textures sonores disposées avec soin.

Faith est un album d’atmosphère. Et pour que ça fonctionne, fallait que ça sonne ! C’est sans doute pour ça que l’album est aussi bien produit. Faith sonne comme une tonne de briques comparé aux deux premiers albums — Three Imaginary Boys et Seventeen Seconds — et cest un plaisir à écouter sur une chaîne capable de restituer les graves.

All Cats are Grey est une superbe pièce où la basse prédomine avec une rythmique simple, lente et obsédante. La voix de Smith embarque à 2:19 et il s’agit davantage d’un murmure accompagnant la musique que de chant. Ça se termine avec quelques simples notes de piano à la toute fin. Dans Other Voice, on est dans le registre des graves avec une basse oppressante qui occupe l’avant-plan jusqu’à ce que la voix de Smith perce ce mur impénétrable. Le reste de la pièce est une savante juxtaposition de basses profondes, sons éthérés et voix déchirantes. The Funeral Party fait la synthèse du thème de l’album : la mort. La mère d’un des musiciens vient de mourir. Et à travers cette chanson effroyablement triste, on ressent la détresse qui hante le groupe. C’est le passage le plus prenant du disque. À ne pas écouter trop souvent. La pièce Primary contraste tellement avec le reste de l’album qu’elle semble être une concession commerciale pour arriver à vendre ce disque sombre.

En 2005, Rhino a sorti Faith [deluxe edition]. Deux CD avec des prises jamais rendues publiques. Et parmi les nombreuses versions inédites, y en a une de Primary, plus lente, plus langoureuse qui s’insère naturellement avec les autres chansons de l’album original. C’est à se demander si ce n’est pas cette version qui était destinée au disque.

Sur ce CD se trouve aussi une autre grande pièce de la même période : Charlotte Sometimes dont l’esthétique se rapproche de Faith mais avec une rythmique plus soutenue. C’est une pièce majestueuse et triste qui, à l’époque, n’était disponible qu’en 12 pouces. Et encore fallait-il parvenir à mettre la main dessus, ce qui était loin d’être évident vu qu’il était importé d’Angleterre.

Faith a influencé nombre de groupes dits gothiques. C’est un album dont il est question à plusieurs reprises dans mon troisième livre.

© Alain Cliche, 2010.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s