Artiste Inconnu – RH-12

Année de parution : 2012
Pays d’origine : États-Unis
Édition : Cassette, Rhinocervs – 2012
Style : Atmospheric Black Metal

Pas de nom de groupe, pas de nom d’album, pas de titres de chansons, pas de crédits, rien. Voilà qui relève, pour du black metal, de l’obscurantisme le plus à propos : se terrer dans l’anonymat, dans la clandestinité – même relative – pour s’en prendre aux astres avec un album comme celui-ci, c’est d’un courage à la hauteur des roches affrontant les vagues, en silence.

Un album assez difficile à décrire, à nommer même, mais qui touche à l’essentiel. Trois pièces d’égales durées, toutes tristes, toutes belles; qui blessent… Cosmique, tout ce qu’il y a de plus original, sans être trop baroque; nos amis du label Rhinocervs méritent leur réputation, un peu hautaine, de grands réformateurs de formes, réputation que je viens peut-être d’inventer, mais qui demeure légitime.

Albrecht Durër : Rhinocéros (1515)

Des sources que je ne révèlerai pas, par amour du mystère – ou parce que j’ai oublié -, nous poussent à croire qu’il s’agit d’un projet lié de près ou de loin au Black Twilight Circle; une autre étape charnière, donc, de la grande réhabilitation du USBM à laquelle ont largement contribué, au même titre que Weakling, Leviathan ou GBK avant eux, ce collectif de groupes latino-américains : Volahn, Arizmenda, Tukaaria, Odz Manouk, Rhinocervs, autant de jalons imprononçables dans ce combat pour la reconnaissance du Nouveau Monde.

Ne sachant pas s’il est possible d’introduire le silence dans la musique autrement qu’en se bouchant les oreilles, Rhinocervs nous offre pourtant l’exemple de ce que pourrait être l’homologue musical d’une parole qui brûle les ponts derrière elle : en l’espace de 22 minutes, tout y est noyade; tout y est bleu foncé noyant le jaune, jaune noyant le rouge, et cetera………………………………….………………….………………………
………………………………………………………………………………………………………………

Je recommande l’expérience de cette petite cassette sans nom à quiconque sait apprécier ce que le ciel bleu a d’inquiétant.


Si vous avez aimé cet album, Marcel vous conseille également :

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s