Dis Fig – Purge

Année de parution : 2019
Pays d’origine : États-Unis
Édition :  Purple Tape Pedigree, format digital
Style :  Experimental, industrial, noise, post-punk

Cet album de l’artiste américaine désormais installée à Berlin, aussi connue pour des DJ sets déroutants, est une confrontation au côté sombre de chacun d’entre nous.

Puisque l’existence intrinsèque n’est possible que par une lutte pour la survie, cela laisse inévitablement des marques, égratignures ou déchirures de profondeurs divergentes. Nous vivons peut-être sous une couverture de paix sociale, mais les sociétés occidentales se bercent d’une subtile violence psychologique. Le rejet, le conformisme, la performance, les comparaisons, l’humiliation, la trahison, la manipulation, l’envie, la jalousie, la gourmandise, la médisance, l’exploitation, les masques, la superficialité… Manger l’autre avant de se faire manger. Par la hiérarchie ou la virtualité.

Souvent belliqueuses, parfois réjouissantes, constamment percutantes, les atmosphères éthérées et cybernétiques s’entrechoquent dans une transe hypnotique, agonisante. Avec ses racines freudiennes, cette œuvre, d’une mécanique intensément organique, se veut la représentation d’un cri primal et primordial, ainsi que les moments de doutes et de perditions qui les précèdent, le prix de la lucidité:

«PURGE» consiste à affronter les sentiments que vous avez évités. Consciemment ou inconsciemment. Des sentiments que vous voulez ressentir ou que vous «devriez» ressentir, mais vous ne le pouvez pas parce que votre corps ne vous laisse pas. Parce qu’il sait peut-être que ce n’est pas sûr pour vous. C’est lorsque vous atteignez ce moment que votre front se fronce parce que votre poitrine devient chaude et que quelque chose est sur le point d’éclater. Lorsque la sensation commence à ramper dans votre cou, à vous étouffer… vous pouvez essayer de l’arrêter, mais peut-être que c’est mieux pour vous si vous ne le faites pas. Quand ce qui sort est douloureux – c’est tragique, c’est paralysant. Mais avec cela vient un éclat de beauté. C’est brûlant et c’est étonnant. Quand ce sera fini, vous apprendrez peut-être en regardant les braises.  » – Dis Fig

Une exploration post-moderne de la vulnérabilité…

@photos: on the sly productions / electrobeats.net


Si vous avez aimé cet album, Léon vous conseille également :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s