Doom Metal: 10 albums mélancoliques et sublimes

Quand Black Sabbath a redonné ses lettres de noblesse au triton, le fameux Diabolus In Musica adoré par les grégoriens et honnis par les rigoristes de la fin du Moyen-âge, ils ne pouvaient pas savoir qu’ils donneraient naissance à un genre musical qui exploite la lenteur, la lourdeur, la distorsion, le sentiment d’oppression; ainsi qu’à nombre de sous-genres tel que le death doom, le funeral doom, le sludge stoner doom ou encore le melodic gothic doom .

De Candlemass, parmi les pionniers du genre, à Silent Stream of Godless Elegy fusionnant avec le folk, en passant par Sunn O)))) et son drone doom ambient, ce style maudit a inspiré nombre de projets souvent glorieux. Ici, je vais me concentrer sur des albums mélodiques et mélancoliques de gothic doom et de death doom, œuvres qui m’ont fait voyager par leur beauté ravagée que je ne regrette jamais de revisiter…


1. The 3rd and the Mortal – Tears Laid in Earth (1994)

C’est le chant majestueusement onctueux de l’enchanteresse Kari Rueslåtten qui donne vie à la musique lancinante, un spleen progressif valsant à la limite du folk. Kari quitta le groupe suite à ce 2e album pour une carrière solo prometteuse, figurant également sur l’album Nordavind de Storm, projet de folk metal norvégien avec Fenriz (Darkthrone) et Satyr (Satyticon).

On touche à l’intemporalité dans ce voyage ensorcelant qui devient un périple intérieur. Le genre de disque d’une autre époque qui commande de s’installer et d’écouter d’un bout à l’autre pour vraiment l’apprécier.


2. The Sins of Thy Beloved – Lake of sorrow (1998)

Il y a le violon de Pete Johansen qui serpente la lourdeur avec des envolées sombres et majestueuses, il y a la voix spectrale, plaintive et lascive d’Anita Auglend, le clavier aérien et les backvocals gutturaux achevant le tableau. Sorte de mélange entre l’univers de Jheronimus Bosch ainsi que celle des poètes maudits et romantiques du 19e siècle, griffé par les gémissements d’une promise qui aurait perdue son âme-sœur, envahit par un sentiment d’injustice et de vide… Bienvenu dans les dédales du paradis perdu.


3. Cemetery of Scream – Melancholy (1995)

Lent et mélodique, ce premier album de gothic doom death des Polonais de Cemetery of Scream m’a plu à la première écoute. Les guitares jouent un rôle de premier plan ainsi que le vocal guttural expressif, presque théâtral, qui déclame la nostalgie et la douleur comme une ode déchirée et affligée, aggravée par les miasmes d’un clavier frissonnant.

Le nom du groupe est destiné à transmettre les styles musicaux du projet, concentrés autour de la volatilité de l’existence humaine et de l’obscurité absolue qui est proche de la mort. Le silence d’un cimetière est en fait aussi puissant que le hurlement le plus fort.Marcin Piwowarczyk


4. Draconian – Arcane Rain Fell (2005)

Onirique et majestueux comme un fleuve noir et brumeux qui n’a pas d’embouchure connue, mais seulement des affluents maussades et tumultueux. Le chant éthéré et doucereux de Lisa Johansson amène un côté gothique qui rappel The Gathering. Les racines suédoises du groupe se ressentent, étant inspiré par le climat nordique et brumeux de ce pays mythique. Je vous conseille également leur nouvel album Under a Godless Veil, avec Heike Langhans dont la voix s’apparente à celle de Sharon den Adel (Within Temptation)


5. Tristitia – One with darkness (1995)

Cet album a une essence beaucoup plus oldschool. La voix grave rappelle celle de Messiah Marcolin (Candlemass) pour le chant clair. Il y a aussi des vocaux gutturaux proches du black metal et des chœurs près du chant religieux qui amènent une luminosité dramatique aux mélodies. La théâtralité est délectable et les passages acoustiques dosent parfaitement cet œuvre d’une immensité qui rappelle une mer souterraine qui dort depuis des millions d’années sans jamais avoir été dérangée. Qui sait quels monstres préhistoriques dorment sous ses eaux noires?


6. Amorphis – Tales from the Thousand Lakes (1994)

Probablement l’album le plus connu de cet article, les premières sorties d’Amorphis ont vraisemblablement propulsé le genre doom death à un niveau de popularité supérieur, le groupe aillant réussi l’exploit d’un rendu plus accessible tout en ne diminuant pas la qualité. Les riffs sont très mélodiques, voir groovy. On peut se surprendre a headbanger. Épiques et mythologique, les histoires des 1000 lacs forment un voyage magistral que l’orgue et les influences progressives et heavy magnifient. Il y a même au côté folk, païen et celtique. Une œuvre assurément envoutante et complète.


7. Tristania – Weedow’s Weed (1998)

Ceci est mon album préféré, celui qui m’a le plus fait frissonner et que j’ai le plus écouté. Premièrement à cause de la voix sublime de Vibeke Stene, opératique et mélancolique tout en dégageant une puissance énigmatique. Puis, il y a l’atmosphère médiévale, celle qui imagine les heures sombres de l’âge de ténèbres. Le néoclassicisme imprégné de métal gothique et symphonique est mis de l’avant avec des chœurs majestueux et aussi, le violon de Pete Johansen, moins présent que sur Lake of Sorrow, mais tout aussi efficace.

Le groupe a bien changé depuis, avec le départ de Morten Veland parti fonder Sirenia et un peu plus tard, de Vibeke, s’occupant de sa nouvelle famille et donnant des cours de chant. Elle a finalement participé a un spectacle musical en Norvège qui a reçu d’excellentes critiques. Elle participe également au projet Veil of Secret dont le premier album studio paru en 2020.


8. Saturnus – Paradise Belongs to You (1996)

Un autre album très mélodique, dans la même veine que Cemetery of Scream mais avec des atmosphères moins oppressantes, beaucoup plus aériennes. Les guitares jouent aussi un rôle prépondérant sur cet album qui ne parle pas de l’accablante mort à venir, mais plutôt de l’anxiété que peut générer la condition humaine. Avec un titre relié au thème biblique du péché originel qui a déchu l’humanité de sa place à côté de Dieu, on peut s’imaginer Lilith qui courtise Adam… Mais l’album s’intéresse également à l’imagerie païenne. Il n’y a pas de revendication, seulement une constatation, comme le peintre qui s’attarde à dessiner une nature morte avec le plus grand soin.


9. Swallow The Sun – The Morning Never Came (2003)

Ce premier album studio du groupe est colossal. Rempli d’une colère à demi contrôlé, il s’agit d’une véritable catharsis face à l’existence. Les riffs death metal et progressifs qui rappellent Opeth ainsi que les vocaux gutturaux qui passent de la bestialité aux écorchures s’entremêlent élégamment à un discret chant clair pour engendrer une œuvre d’une finesse aussi mourante qu’exaltante, du dégout à la rage de vivre, du désespoir à la fustigation. Souvent réclamé comme l’un des meilleurs albums du genre, je ne peux pas contredire ceux qui disent que cet album est parfait.

10. Octavia Sperati – Winter Enclosure (2005)

Groupe norvégien entièrement composé de femmes, dont le nom est un hommage a une grande guerrière païenne. Le style est plus proche du métal gothique et mélodique, mais la lenteur et l’enveloppante ambiance en fait sans aucun doute un parfait candidat pour la dixième place de ce palmarès.

La voix est au premier plan et les guitares très joueuses me fond penser à des enfants s’amusant innocemment, inconscient des drames à venir. Il y a tout de même quelque chose de sombre et une profondeur, une intériorité qui sectionne la tendresse, rappelant Paradise Lost et Tori Amos; mélange qui semble éclectique, mais qui se fond naturellement à l’unicité du projet offrant un contraste des plus intéressants.

Credits: doom-metal.com

*Les albums qui n’ont pas de lien Bandcamp sont tous disponibles pour écoute sur YouTube sauf Swallow the Sun.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s