Folk contemporain: 10 œuvres notables à travers le monde d’hier et d’aujourd’hui

Du néofolk, qui parle de l’histoire violente de l’Europe et de néopaganisme, à la musique assouf, dit ‘le blues touareg’ parce qu’il fait la synthèse entre le blues, le rock et la musique traditionnelle des hommes bleus d’Afrique du Nord, la musique folklorique représente les traditions ancestrales d’une culture qui se sont transmises jusqu’à nos jours.

Souvent teintés de modernisme, parfois rejoués tels quels, les titres repris génèrent toujours quelque chose de mystique et sans âge, un lien d’une profondeur presque oubliée par notre conscient, mais jamais effacée de l’inconscient collectif, archétype pourtant fondateur de toutes sociétés.

Voici donc 10 albums folkloriques qui m’ont vraiment plus:


1. Árnica – Viejo Mundo (Espagne)

Le concept de cet album neofolk/ritual ambient est une représentation de la tradition orale. Un vieil homme racontant ses légendes au coin du feu, sentant sa fin venir ainsi que des changements inévitables dans la manière de vivre des siens. Un cycle naturel vers l’évolution intraitable, sur laquelle aucun individu n’a de véritable pouvoir, mais qui fait ressurgir une discrète nostalgie: ce sentiment que le sage a déjà bien apprivoisé, mais ne peut empêcher…

Des chants païens, des percussions minimales, des instruments à vents délicats, une guitare mesurée, enrobent une narration en espagnol. Même si on ne comprend pas la langue, on comprend très bien l’émotion. Mais aussi des envolées festives et celtiques, ambiances de kermesses célébrant la bravoure des guerriers.

Au carrefour des traditions tribales, païennes, tziganes et romaines, l’œuvre est un voyage exalté, traversant les héritages par le cœur et l’insoumission.


2. Paulus – Illuminate (États-Unis)

Projet solo très intéressant. Paulus est un excellent guitariste avec une voix de barde guerrier proche de l’opéra et du cri de guerre. Les atmosphères sont graves et dramatiques, comme lorsque sonne le glas. Mais il y a aussi une force de vivre, que l’on sent insufflée par tous les ancêtres qui veillent: on ne les voit pas, mais on les entend bien. Sans fioriture indispensable, sans être non plus minimaliste, ce premier album est aussi enivrant qu’apaisant. Skål!


3. Warsaw Village Band – Nord (Pologne)

Formé en 1997, le but avoué du collectif est de renouer avec la musique traditionnelle slave, gardant l’esprit contestataire contemporain du punk. En réponse à la culture de masse et surtout, la perte de repère qu’a engendré la chute de l’Union Soviétique.

Ce définissant comme hardcore folk ou encore bio techno, faisant un pied de nez au marketing des distributeurs qui cherchent inlassablement à catégoriser les artistes, le son du groupe est un parfait mélange entre mœurs et modernité. Ils utilisent des instruments tels que le souka (cousin du violon avec un son plus espiègle), des cuivres rythmés et surtout, la technique ancestrale païenne de voix blanches (un cri contrôlé, un appel à pleins poumons), ainsi que des influences tziganes (jazz manouche). On peut imaginer la formation prenant plaisir a une certaine nomadité, parcourant villes et villages pour donner des prestations aussi impromptues qu’iconoclastes.


4. Barde – Homonyme (Canada)

Album parut en 1977, d’un groupe plutôt méconnu pionnier du renouveau folklorique québécois, dans la mouvance de la définition de la culture propre à la province française du Canada (en même temps que La Bottine Souriante, fondée en 1976).

Bien entendu, c’est un hommage au violoneux et tapeux de pieds, (podorythmie) indispensable à toutes bonnes soirées dansantes de la Nouvelle-France, mais aussi aux immigrants écossais et irlandais qui sont arrivés en masse, fuyant les famines et les épidémies du vieux continent ainsi que l’oppression Britannique (facteur décisif puisque nombre d’entre eux ont rejoint la cause des Patriotes et c’est pourquoi ils ont laissé aussi durablement leur empreinte sur la société canadienne-française).

Un disque très festif, empli de jigs et de reels rassembleurs. Santé à nos frères et sœurs des Highlands et à nos ancêtres Normands!


5. Tinariwen – Emmaar (Mali)

Groupe de blues touareg, dont plusieurs membres ont dû s’exiler.

Le conflit remonte en 1962, deux ans après l’indépendance du Mali (étant auparavant une colonie française). Le nord du pays naissant s’opposait à l’ingérence du nouveau président. Puis, dans les années ’70, une sécheresse força l’exil de nombreux dissidents vers des pays désertiques tels que l’Arabie Saoudite, la Libye, la Mauritanie, le Burkina Faso et l’Algérie. Durant cette décennie, le rock, prenant racine dans le blues, devenait planétaire et a donc aussi inspiré la musique du collectif. Dans les années ’90 éclatât le conflit armé de la rébellion touarègue. C’est durant cette période que leur art émergeât.

La musique du nord du Mali est originalement assez tribale, traditionnellement plus festive, mais ici on ressent le blues propre aux déracinés qui ont dû fuir une oppression tout en gardant la foi en leur cause et l’amour de leur patrie. Mais, par-dessus tout, c’est très ensoleillé et chaud. Il y a certainement un lien à faire avec la musique festive brésilienne, mais avec moins d’exubérance. Des claquements de mains en guise de percussion, mais pas de cris qui roulent sur la langue. L’onirisme que pourvoie l’immensité du désert est palpable, ainsi que, tout comme les indigènes qui vivent dans les déserts de glace (tel que les Lapons, les Tchouktches ou les Inuits), une mentalité de résilience extrême face aux éléments, au temps et à la météo.

Un mélange velouté et ensorcelant d’exotisme, de rites et de modernisme…


6. Huun-Huur-Tu — 60 Horses In My Herd (Mongolie)

Voilà un album plus atypique qui sort notre esprit de son carcan pour nous amener dans les périples mongoles des vastes paysages de la République de Touva, située à l’extrême-sud de la Sibérie. La musique proposée ici est traditionnelle, avec des influences chinoises, tibétaines et russes, se gardant de modernité. Ce sont surtout les chants de gorge qui détonnent, ne laissant aucun auditeur dans l’indifférence. Chamaniques, ils viennent chatouiller les chakras de l’âme en passant par le cœur, terminant doucement le long de la colonne vertébrale. Si vous ne ressentez rien, vous êtes peut-être mort à l’intérieur… Une des rares musiques qui me tirent les larmes, mais des larmes de réconfort et de laisser-aller purificateur.

Le groupe parcourt tendrement la planète depuis 1993 et est un baume intemporel sur nos égos. Bien à vous dans la chevauchée!


7. Heilung – Lifa (Allemagne, Norvège, Danemark)

Voici un collectif magistral qui s’inspire de l’âge viking, de l’âge du fer et proto-européen. L’utilisation d’instruments préhistoriques rituels, tels que le tambour en peau de cheval, des os humains et de cerf en guise de claves, des lances frappées sur le sol, une cloche rituelle hindoue, un hochet d’argile contenant des cendres humaines ou encore un hochet en corne de buffle personnalisent la prestation. Le puissant chant de Maria Franz est très prenant. On y retrouve aussi des chants de gorge oléagineux.

Le groupe prend d’autant plus son sens en concert, portant des habits en partie basés sur les “traditions spirituelles des peuples arctiques eurasiens”, selon les recherches archéologiques/anthropologiques actuelles.

Formé en 2014, Heilung veut dire guérison en allemand. “L’auditeur est supposé être laissé à l’aise et dans un état de détente après un voyage musical magique qui peut par moment être turbulent”. Je vous conseille fortement la captation de 2017:


8. Altin Gün – On (Hollande)

Ce groupe est un fier représentant de l’Anatolian Rock. Qu’est-ce que c’est? Un fabuleux mélange entre rock psychédélique sixties et musique populaire turc, qui prend racine dans la tradition arabe et méditerranéenne: la Turquie étant une nation influencée autant par l’Occident que par l’Orient depuis des millénaires, seul pays dont la capitale chevauche deux continents (Asie et Europe).

C’est dans les années ’50 et ’60 que le brit rock, avec l’arrivée de groupes tels que The Shadows (et plus tard, de Led Zeppelin, The Rolling Stones, Yes), gagne rapidement en popularité chez les jeunes, s’accordant avec les changements sociaux libéraux de la Turquie.

Ainsi, un quotidien Turc décide d’organiser un concours pour les groupes de rock émergents, ayant la brillante idée de demander des compositions écrites en turc avec des sonorités orientales, jouées sur des instruments électriques occidentaux. La première édition de l’Altin Mikrofon (le Microphone d’Or), en 1965, est un franc succès. Dans les années qui suivent, l’Anatolian Rock prend ses lettres de noblesse avec des artistes tels que Erkin Koray et Barış Manço (qui animera également une émission d’exploration assez populaire, un peu comme le défunt Steve Irwin).

Altin Gün se forme en Hollande vers 2016 quand le bassiste Jasper Verhulst (re)découvre le rock anatolien. C’est un tel coup de foudre qu’il décide de réunir d’autres musiciens collaborateurs. Participant à quelques festivals, recevant un très bon accueil, ils font paraitre l’album On en 2018, suivi de GO en 2019.

Puis, en 2021, parait l’album Yol, introduisant des sonorités synthpop et new wave. Toujours festif et ensoleillé, Altin Gün, qui signifie Jour d’or, est une trame parfaite pour l’été à nos portes. Sağlık!


9. Lhasa – La llorona (Canada)

Partie beaucoup trop vite après nous avoir livré trois albums magnifiquement organiques, Lhasa, qu’on aurait sans doute déifiée à une autre époque tellement son art peut élever les âmes, est allée rejoindre les astres nébuleux suite à un cancer du sein fulgurant à l’âge de 37 ans.

Ayant passé sa jeunesse à voyager avec ses parents dans un bus-caravane-école à travers les États-Unis et le Mexique, éducation hors norme qui laissa place à son imagination et à la création musicale, elle commença à chanter a cappella du jazz à l’âge de 13 ans dans un café de San Francisco.

Venue visiter sa sœur étudiante à l’école du cirque, elle s’installe et adopte Montréal en 1990 pour laisser une marque indélébile sur la scène musicale québécoise, à l’aide du musicien Yves Desrosiers qui la qualifie d’ensorceleuse.

De ses ascendants mexicains, russes, libanais, américains et polonais, sa musique est un mélange frivole, amoureux et profond s’exprimant par l’anglais, le français et l’espagnol. La musique mexicaine, arabe, tzigane, klezmer, ainsi que Billie Holiday et la mélancolie du Fado portugais constituent des influences marquantes pour elle et son œuvre, aussi universelle qu’intime.


10. 16 Horsepower – Sackcloth ‘n’ Ashes (États-Unis)

Mélange de folk rock, de blues, de bluegrass, d‘alt-country et d’americana avec des touches de dark/gothic rock (tel que Violent Femmes ou Joy Division ) et de musique française (par l’ascendance des membres Jean-Yves Tola et Pascal Humbert, ainsi que de la collaboration avec Bertrand Cantat de Noir Désir), ce groupe, qui garde tout de même un son typique du sud des États-Unis, m’a captivé à la première écoute; surtout avec le titre Black Soul Choir, tiré de leur premier album studio parut en 1996.

Il y a aussi une aura gospel, le grand-père du chanteur David Eugene Edwards étant pasteur nazaréen. Le concept chrétien de la rédemption est présent sur plusieurs morceaux, mais ne semble pas toucher à la moralisation. Il s’agit plutôt d’un questionnement existentiel propre à la spiritualité religieuse traditionnelle et emblématique du pays. ‘Every man is evil, yes, and every man’s a liar, unashamed with the wicked tongue, sing in the black soul choir.’

Plus sur Les touaregs

Tinariwen live KEXP

Huun‐Huur‐Tu – (Live on KEXP)

Entrevue/prestation de Lasha (TV5, 2004)

7 comments

  1. Belles découvertes – bien écrit. Content de voir quelques albums de neofolk au travers tout ça. C’est un genre dont on entend pas beaucoup parler !

    Liked by 1 person

  2. Another good group of days past is Skinny Puppy. Their “Bites” album has a series of hard-hitting songs which use the synthesizer as a counterpoint to the dark musings of their primary message. Their message is that the world is a dark place, and we should revel in it. Revel.

    — Catxman

    http://www.catxman.wordpress.com

    Like

Leave a Reply to princecranoir Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s