DJ Méli-Mélo

Salted-Bits-and-Bites3

C’est dès son plus jeune âge que monsieur Mélo découvre la musique. Intéressé à tout ce qui est original dès son primaire, il plonge rapidement dans l’œuvre magistrale des B.B. et des New Kids On The Block. Ne reculant devant rien, il obtient sa première cassette non-copiée en cadeau (“l’anthologie du plaisir” de RBO) et y savoure la tessiture vocale rocambolesque de l’énorme chanteur Guy A. Lepage.

Toujours à l’affut de l’avant-garde, notre homme livre sa première performance remarquée lors d’un party de judo, où, déguisé en Ultimate Warrior (le célèbre catcheur affectionnant les stéroïdes comme pas un), il y va d’un lip sync endiablé du grandiose “Du Rhum Des Femmes” (en duo avec son ami accoutré en Hulk Hogan).

Heureusement, les années 90 arrivent alors à grands pas et DJ se met à écouter autre chose. Il découvre également dans cette décennie deux postes de télé étant jadis une caverne à la découverte musicale. Son éducation vient donc beaucoup d’émissions telles La Courbe, Blackout, Solid Rock, etc…. Nostalgique, sieur Méli-Mélo a encore son fidèle lecteur VHS et ses vieilles cassettes de vidéoclips de Musique Plus et Much Music (et je peux vous dire qu’il y en a de la merde au travers les perles…).

Malgré l’ouverture actuelle de votre chroniqueur, sa réelle passion de la musique s’est
développée sur le tard. Longtemps, dans les années 90, il a pensé que ce qui était électro était automatiquement mauvais. De ce fait, il s’est auto-stoppé de découvrir à cette époque des œuvres majeures provenant des années 80. Heureusement, Radiohead a tout changé avec Ok Computer et Kid A.

Malgré un nom affreux, DeedJ M va tenter de se promener un peu vers une grande variété de styles musicaux à travers ses chroniques et est très conscient qu’il risque d’être le plus easy-listening des chroniqueurs car malgré son intérêt pour tout ce qu’il se fait, avec ses 4 jeunes enfants, il doit se limiter et ne peut pas, contrairement à Salade d’endives, se concentrer sur tout le répertoire électro-folk-lesbieno-Serbo-Croate afin d’y trouver le meilleur.

Rassurez-vous, il ne critiquera pas les B.B. et NKOTB, c’est du passé….. 🙂

Pour les méli-mélomanes n’ayant pas froid aux tympans, vous pouvez aussi l’entendre livrer sa version bien singulière d’une anti-musique au sein du collectif artistique Kriemtor (avant-garde shawiniganais).